Un hommage national et "populaire" sera rendu à Jean-Paul Belmondo jeudi aux Invalides, annonce l'Elysée

L'Elysée a confirmé mardi l'organisation jeudi 9 septembre aux Invalides d'un hommage national à Jean-Paul Belmondo, décédé lundi 6 septembre à l'âge de 88 ans. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (VALERY HACHE / AFP)

L'Elysée a annoncé mardi l'organisation d'un hommage national à Jean-Paul Belmondo jeudi 9 septembre aux Invalides, "un lieu choisi en accord avec la famille" de l'acteur a appris franceinfo. Les détails de cet hommage sont en cours de discussion entre l'Elysée et l'entourage de Jean-Paul Belmondo.

L'objectif, selon l'Élysée, est d'organiser un "hommage populaire". "Un hommage où les Français se sentiront associés", promet de son côté un proche du chef de l'État.

"Il va falloir qu'on applaudisse très fort"

"Je crois que l'hommage rendu à Johnny Hallyday était très beau, très fort, et Jean-Paul Belmondo ne mérite pas moins, différemment, autre chose, mais le président de la République saura trouver", avait déclaré lundi sur franceinfo Thierry Frémaux, directeur de l'Institut Lumière de Lyon, délégué général du Festival de Cannes.

"Il faudra tous aller aux Invalides parce que c'est là-bas qu'on pensera encore plus fort à lui", a déclaré à BFMTV, le délégué général du Festival de Cannes. "Il a enterré tous ses copains, ça l'attristait beaucoup (...) mais là il est parti les rejoindre"

L'hommage "sera sûrement solennel parce qu'il doit être. Mais en même temps il va falloir qu'on applaudisse très fort", a affirmé l'acteur Jean Dujardin, un des "héritiers" de "Bébel", mardi également sur BFMTV. "On perd un guide. Ça a été un guide, Jean-Paul, ça a été quelqu'un qui nous a dit : ne vous encombrez pas avec des angoisses, amusez-vous".

Jean-Paul Belmondo, décédé lundi à l'âge de 88 ans à son domicile parisien, était une des figures les plus populaires du 7e Art, avec à son actif 80 films, des films d'action aux plus belles heures du cinéma d'auteur. Il avait été hospitalisé en début d'année pour une fatigue générale.

Jean-Paul Belmondo laisse derrière lui des rôles inoubliables, jeune premier la cigarette au bec dans A bout de souffle ou pendu à un hélicoptère à Venise dans Le Guignolo.

"Un héros sublime et une figure familière"

"Il restera à jamais Le Magnifique", a réagi lundi Emmanuel Macron. "Nous nous retrouvions tous" en Jean-Paul Belmondo, a-t-il ajouté, en évoquant "un trésor national, tout en panache et en éclats de rire", "un héros sublime et une figure familière". "Parmi nos grands acteurs, il était celui qui remportait haut la main la palme du public", a aussi souligné Emmanuel Macron.

Jean-Paul Belmondo dans "A bout de souffle", de Jean-Luc Godard (1960) ( PRODUCTIONS GEORGES DE BEAUREG / COLLECTION CHRISTOPHEL VIA AFP)

Emmanuel Macron avait décoré Jean-Paul Belmondo en novembre 2019 à l'Elysée, en le faisant grand officier de la Légion d'honneur.

Deux ans plus tôt, en mai 2017, pendant sa dernière semaine à l'Elysée, François Hollande l'avait décoré des insignes de grand officier de l'ordre national du mérite.

De son côté, le Premier ministre Jean Castex s'est déclaré lundi "très triste" après la mort de celui qui était "vraiment une légende du cinéma français, un très grand symbole de notre patrimoine cinématographique".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mort de Jean-Paul Belmondo

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.