Cet article date de plus d'un an.

Films en streaming contre sorties en salles : la pandémie relance le bras de fer aux Etats-Unis

Le succès du film d'animation "Les Trolls 2", disponible uniquement en streaming aux Etats-Unis depuis trois semaines, relance la guerre entre plateformes et salles de cinéma. Universal a mis le feu aux poudres en annonçant qu'il sortirait désormais tous ses films dans les deux formats.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
De gauche à droite les personnages Biggie, Poppy et Branch dans le film d'animation "Les Trolls 2 : Tournée mondiale" signé Dreamworks et produit par Universal. (2020 DREAMWORKS ANIMATION LLC. ALL RIGHTS RESERVED)

Aux Etats-Unis comme ailleurs, les exploitants de salles de cinéma voient depuis longtemps d'un mauvais oeil l'engouement des spectateurs pour les services de streaming. La pandémie de coronavirus, qui en fermant les salles de cinéma et en confinant les populations a fait exploser la fréquentation des plateformes de streaming vidéo, n'est pas de nature à calmer leurs craintes.

Universal annonce qu'il sortira ses films simultanément en salles et en streaming

Le succès du dessin animé Les Trolls 2 : Tournée mondiale, diffusé uniquement en streaming aux Etats-Unis depuis le 10 avril 2020, a mis le feu aux poudres et relancé le bras de fer. Sa diffusion, pour la somme forfaitaire de 19,99 dollars sur les plateformes, a en effet engrangé une somme record : 95 millions de dollars en trois semaines (alors qu'il a coûté 90 millions de dollars).

Au départ, le studio Universal qui a produit le film avait présenté le recours au streaming comme une exception justifiée par la fermeture des salles de cinéma. Mais, fort de ce succès aussi colossal qu'inattendu, le patron d'Universal a déclaré dans un entretien mardi au Wall Street Journal (en anglais, payant) que ses studios comptaient désormais sortir leurs films "dans les deux formats", à la fois en salles et sur les plateformes de vidéo à la demande, même après la crise sanitaire.

La chaîne de salles de cinéma AMC contre-attaque

Une déclaration prise comme une déclaration de guerre par AMC, la plus importante chaîne de salles de cinéma d'Amérique du Nord où elle compte 8 000 écrans. En représailles, AMC a écrit à Universal pour l'avertir qu'elle "ne projettera plus aucun film Universal dans ses cinémas des Etats-Unis, d'Europe ou du Moyen-Orient", une décision à effet immédiat.

Avant la pandémie, les studios américains attendaient généralement 90 jours après la sortie en salles pour diffuser leurs oeuvres sur un quelconque format numérique. La décision d'Universal de diffuser simultanément en VOD et dans les salles rompt unilatéralement selon AMC "le modèle économique et les accords" qui unissent les deux sociétés.

Les exploitants de salles inquiets

L'association américaine des exploitants de salles s'est elle aussi alarmée du succès de Les Trolls 2 en vidéo à la demande. "Universal n'est pas fondé à utiliser ces circonstances inhabituelles pour court-circuiter les vraies sorties en salles", a insisté son responsable, John Fithian.

Outre Les Trolls 2, annoncé en salles en France pour le 14 octobre 2020, de nombreux films sont sortis sur internet directement, ou avec des délais raccourcis, en raison de la fermeture des salles dans de nombreux pays. Ce sera le cas pour Scooby! de Warner Bros le mois prochain, de même que le film Artemis Fowl qui ira directement sur la plateforme Disney+. Les studios Paramount diffuseront quant à eux le film The Lovebirds directement sur Netflix sans passer d'abord dans les salles.

Ce bouleversement de la chronologie des médias sera-t-il durable ? Qu'en sera-t-il en France ? A Hollywood, l'Académie des Oscars a annoncé mardi qu'elle prendra en compte "exceptionnellement" les films sortis uniquement en streaming faute de salles pour les prochaines récompenses de 2021. Une mesure temporaire qui prendra fin dès lors que les salles de cinéma pourront rouvrir à travers les Etats-Unis, a promis l'Académie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.