Festival d'Annecy 2024 : le couturier très cinéphile Jean Paul Gaultier évoque ses premiers pas dans le cinéma d'animation

Le Festival d'Annecy a dévoilé les premières images d'un long métrage de Benoît Philippon se déroulant dans le monde de la mode, dont Jean Paul Gaultier assure la direction artistique.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min
Le couturier Jean Paul Gaultier et les studios nWave lors de la conférence de presse de présentation de son projet de long métrage au Festival d'animation d'Annecy, le 13 juin 2024 (GR?GORY YETCHMENIZA / MAXPPP)

Jean Paul Gaultier vient de faire son entrée dans le cinéma d'animation, en tant que directeur artistique d'un long métrage, dont de premiers visuels ont été dévoilés jeudi 13 juin au Festival d'Annecy. "J'ai été flatté qu'on pense à moi" : l'idée a séduit le couturier de 72 ans lorsque le studio franco-belge nWave l'a abordé pour lui proposer de collaborer sur un film d'animation qui plonge le spectateur dans le monde de la mode.

"Dans l'animation on peut rendre tout, même l'impossible, c'est ça qui est formidable", confie Jean-Paul Gaultier à l'AFP en marge du Festival international d'Annecy, rendez-vous incontournable de la profession. "L'approche du trait, une silhouette, une ligne" : cette technique cinématographique "correspond plus à ce que je connais" par rapport aux films en prise de vues réelles, ajoute le "directeur artistique" de ce projet lors de sa présentation au public. 

Le travail, sous la direction du réalisateur Benoît Philippon, a commencé il y a environ un an et demi et en est encore dans ses débuts : le film, qui n'a pas encore de titre, est annoncé pour début 2027.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par @jeanpaulgaultier

Le travail, sous la direction du réalisateur Benoît Philippon, a commencé il y a environ un an et demi et en est encore dans ses débuts : le film, qui n'a pas encore de titre, est annoncé pour début 2027.

Matthieu Zeller, président du studio nWave (Le Voyage extraordinaire de Samy, Bigfoot Family, Les Inséparables) a raconté comment, lors de leurs premières rencontres, Jean Paul Gaultier a très vite imaginé pouvoir "faire le défilé dont (il a) toujours rêvé dans la vraie vie". C'est lui qui présente alors à Jean Paul Gaultier le scénario de l'écrivaine Emilie Frèche : l'histoire d'une mite qui rêve de faire de la haute couture, loin de son destin de faiseuse de trous dans les pulls. Un univers à la fois réaliste, contemporain, et mêlant le monde des humains et des insectes.

"Fantaisiste"

"Il amène énormément, non seulement des idées visuelles et graphiques, mais aussi un esprit, une vision de la mode qui est formidable, qui est très cinématographique et aussi très accessible", se réjouit Matthieu Zeller, dont le studio, spécialiste reconnu de la 3D numérique, fête ses 30 ans cette année.

Les premières images, des ébauches pas encore animées, laissent apparaître l'influence Gaultier : dans les tenues bien sûr mais aussi les personnages. L'un est par exemple inspiré par l'actrice Rossy de Palma, qui fut une des muses du créateur, un autre par l'homme à la marinière lui-même, sous les traits d'un "mythe" de la mode installé Avenue Montaigne à Paris. La capitale où monte l'héroïne pour tenter de réaliser ses rêves. "Jean Paul nous amène des anecdotes drôles, des idées qui sont hyperadaptées à l'animation", souligne Matthieu Zeller auprès de l'AFP. "On ne pourrait pas faire ce film avec quelqu'un d'autre que lui, et son regard libre, fantaisiste, pas sérieux", qui se prête parfaitement à l'animation grand public.

Jean Paul Gaultier a eu "une espèce de coup de foudre" pour le projet. "J'essaye de m'adapter, et de voir, d'après les techniques possibles, jusqu'où on peut aller" dans l'animation, dit-il. Il se reconnaît aussi dans le récit initiatique et de comédie d'aventure. "Dans le scénario, il y avait des tas de choses qui me correspondaient, dans la vision de montrer les différents types de beauté, les différences. Ça me concerne et c'est ce que j'ai toujours un peu fait dans mes défilés", souligne-t-il.

Une passion pour le cinéma de longue date 

On sait Jean Paul Gaultier très cinéphile. Une passion qu'il doit à Falbalas, un film de 1945 réalisé par Jean Becker avec Micheline Presle et Raymond Rouleau. Jean Paul Gaultier n’avait alors que 13 ans : "Ça montrait la vie d'un couturier et d'une histoire d'amour. J'aimais bien toute l'atmosphère, c'est à ce moment-là que je me suis mis à dessiner". Le couturier qui a quitté les podiums en 2020, a également poursuivi sa passion en dessinant des costumes pour le 7e art.

Il est actuellement au musée du cinéma et de la mode de Lacoste (Vaucluse) avec l'exposition CinéMode par Jean Paul Gaultier qui retrace justement sa passion pour les films qui l'ont inspiré et les costumes emblématiques fabriqués pour le 7e art. À travers des photos, des films et une vingtaine de pièces majeures, la rétrospective du musée de Lacoste explore les influences réciproques de la mode et du cinéma qui ont jalonné son œuvre. 

Le couturier Jean Paul Gaultier au sein de l'exposition "CinéMode par Jean Paul Gaultier" à la Cinemathèque de Paris, le 30 septembre 2021 (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.