César 2021 : revivez cette 46e cérémonie dominée par "Adieu les cons" et la colère du monde du cinéma

L'actrice Fathia Youssouf a été récompensée pour son rôle dans "Mignonnes", Jean-Pascal Zadi pour son rôle dans "Tout simplement noir".

Jean-Pascal Zadi avec son César du meilleur espoir masculin pour \"Tout simplement noir\", le 12 mars 2021 à l\'Olympia à Paris, lors de la 46e édition de la cérémonie.
Jean-Pascal Zadi avec son César du meilleur espoir masculin pour "Tout simplement noir", le 12 mars 2021 à l'Olympia à Paris, lors de la 46e édition de la cérémonie. (BERTRAND GUAY / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Le sacre d'un absent. Pour la première fois de sa carrière, Albert Dupontel a remporté le César du meilleur film pour Adieu les Cons, vendredi 13 mars à l'Olympia. Cette comédie, qui a vu sa carrière en salle brisée par le deuxième confinement après avoir rassemblé 700 000 spectateurs en une semaine, a fait carton plein aux César avec sept récompenses, dont celle de la meilleure réalisation. Cette 46e édition de la cérémonie a été marquée par de nombreux messages adressés à la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, pour qu'elle défende le cinéma et plus largement le secteur culturel, victime de la crise du Covid-19.

Une cérémonie en petit comité, mais une cérémonie quand même. La 46e édition des César se tient dans un contexte de crise inédit, vendredi 12 mars, à partir de 21 heures à l'Olympia, à Paris. Une crise sanitaire d'abord. L'épidémie de Covid-19 a contraint les salles à fermer depuis de longs mois. Une fermeture sans perspective de réouverture, synonyme d'année noire pour le septième art. Une crise existentielle ensuite. Cette grand-messe du cinéma français est la première d'une institution renouvelée en profondeur après le scandale Polanski en 2020. 

Des César 2021 aux allures de crash-test pour l'Académie. Donnée pour moribonde, la cérémonie est de retour, avec Roschdy Zem en président et Marina Foïs en maîtresse de cérémonie. Ce ne sera "pas une soirée pour chouiner", a promis celle qui est épaulée à l'écriture par Blanche Gardin et Laurent Lafitte. Et d'ajouter, pleine d'ironie : "C'est quand même aux enterrements que l'on rit le plus."

Une cérémonie sur fond de crise sanitaire et économique. Le monde du cinéma désespère d'obtenir le moindre signal d'une réouverture des salles, un an après la première extinction des projecteurs, décidée pour lutter contre l'épidémie de Covid-19. Plusieurs centaines de films sont en souffrance, prêts à sortir.

Roselyne Bachelot attendue de pied ferme. La ministre de la Culture va-t-elle assister à cette cérémonie, où elle va à coup sûr être interpellée ? "Je serai à la 46e cérémonie des César", a assuré Roselyne Bachelot sur France Culture. "Ce sera un honneur et un plaisir que d'y être", a-t-elle poursuivi. La ministre de la Culture a dit toutefois "regretter" le manque de parité de cette édition.

La première édition de l'après-Polanski. Cette cérémonie est la première depuis la réforme engagée par l'Académie des César, après la tempête provoquée par la remise du prix du meilleur réalisateur à Roman Polanski, lors de la 45e cérémonie. Accusée d'opacité et d'entre-soi, l'institution a été profondément renouvelée, sous l'égide d'une toute nouvelle direction. Mais les nominations de cette 46e édition manquent encore de parité et de diversité.

Trois grands favoris. Les choses qu'on dit, les choses qu'on fait d'Emmanuel Mouret fait la course en tête avec 13 nominations. Il devance d'une nomination Eté 85 de François Ozon, souvent nommé mais jamais récompensé. Adieu les cons d'Albert Dupontel complète le podium, ex aequo.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #CESAR

23h58 : Vincent Dedienne monte sur scène pour remettre le César du meilleur film étranger. Dans son sketch, l'acteur cite Adolf Hitler. Marina Foïs s'offusque. Il dénonce la "cancel culture" et le déboulonnage des statues. Vous l'avez ?!

23h56 : C'est le premier César de la soirée pour Les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait d'Emmanuel Mouret, qui partait pourtant grand favori avec 13 nominations.

23h54 : Emilie Dequenne est récompensée par le César de la meilleure actrice dans un second rôle pour son rôle dans Les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait.

23h53 : Jeanne Balibar monte sur scène pour remettre le César de la meilleure actrice dans un second rôle. La comédienne dénonce le sexisme à l'œuvre : "Les femmes de plus de 40 ans représentent la moitié de la population et 8% des rôles."

23h50 : Ça ne vous a sûrement pas échappé. Juliette Binoche avait fait parler d'elle avec sa vidéo "Bizarre, bizarre..." dans laquelle elle s'étonnait de son absence aux César. Dans un sketch, Marina Foïs lui laisse un message sur son répondeur. Elle en profite pour moquer les croyances à la limite du complotisme de la star.

23h48 : Le César du meilleur montage récompense Adolescentes.

23h44 : Le César du meilleur second rôle revient à Nicolas Marié qui joue dans Adieu les cons d'Albert Dupontel. L'acteur et le réalisateur sont de vieux complices.

23h40 : Bonsoir @Marie, Albert Dupontel n'est pas un grand fan des César. On ne l'y voit même jamais. Il s'en expliquait à "Quotidien" en 2017 : "Il y a différentes façons de faire du cinéma. Les émissions de télé qui parlent du cinéma c'est bien, ça fait de la pub. Maintenant les César, c'est aller au Louvre et dire que tel peintre est meilleur qu'un autre peintre. Je suis perplexe devant ce jugement intellectuel. Alors prudemment je me mets à l'écart, mais je trouve ça bien que ça existe."

23h38 : J'ai adoooooooooré "Adieu les cons" ; savez-vous pourquoi Albert Dupontel n'est pas présent à la cérémonie ?

23h38 : Encore un hommage. A Claude Brasseur cette fois.

23h35 : Pour sa première bande originale, le compositeur de musique électronique Rone remporte un César. Voici la bande annonce de ce film : La Nuit venue avec Camelia Jordana.

23h32 : @L94 : Roselyne Bachelot est bien venue assister à la cérémonie des César ce soir. La ministre de la Culture a déclaré à Canal+ en arrivant qu'elle venait porter "un message d'espoir". "Nous sommes en train de bâtir avec la filière les conditions de réouverture de salles", a-t-elle assuré.

23h30 : Petite question : où est Mme Bachelot ? Elle devait assister à la cérémonie des Césars, non ? Or je ne la vois pas....est ce une erreur de ma part ? Merci !

23h28 : "On a besoin de vous. Le cinéma a besoin de vous." Le réalisateur Stéphane Demoustier à son tour interpelle la ministre de la Culture. Il dit comprendre la fermeture des cinémas pour des raisons sanitaires mais pas pour des raisons politiques.

23h26 : Le César de la meilleure adaptation revient à Stéphane Demoustier pour La fille au bracelet.

23h21 : Encore un César pour Adieu les cons et Albert Dupontel. Le quatrième. Celui du meilleur scénario. L'acteur-réalisateur-scénariste n'est pas là ce soir pour le recevoir.

23h21 : "Roselyne [Bachelot], il va falloir se battre plus fort pour nous, avant qu'ils se tirent tous."

La ministre de la Culture est de nouveau interpellée par le monde du cinéma. Cette fois par l'actrice et remettante.

23h18 : Voici trois photos qui résument un peu cette soirée des César pour l'instant. Jean-Pascal Zadi tout sourire, Fathia Youssouf émue et un trophée désinfecté, .






(MAXPPP)

23h15 : Un autre grand nom du cinéma (entre autres) a droit à son hommage : Jean-Loup Dabadie, immense scénariste des années 1960, 70 et 80, disparu en mai dernier.

23h08 : La Bonne Epouse remporte le César des meilleurs costumes. Yolande Moreau et Noémie Lvovsky montent sur scène pour le recevoir au nom de Madeline Fontaine.

23h08 : "Maintenant on est comme ça. Tout nu. C'est important le costume. On a l'air con quand on en a pas."

L'actrice se met à nu sur scène. L'allusion à la situation du cinéma français en pleine crise sanitaire est cette fois explicite.

23h05 : Corinne Maserio entre en scène déguisée en Peau d'âne. Avec une peau d'âne sanguinolente sur elle. Elle voulait la robe couleur de soleil. "Trop cher. Pas essentiel", lâche-t-elle. Nouvelle allusion au cinéma victime des restrictions sanitaires.

23h03 : Nouveau César au passage pour Adolescentes.Yolande Decarsin, Jeanne Delplancq, Fanny Martin et Olivier Goinard sont récompensés pour le son.

23h02 : Marina Foïs accueille Reda Kateb sur scène. La maîtresse de cérémonie en profite pour adresser "un message d'espoir" aux jeunes acteurs issus des minorités, souhaitant qu'ils ne soient plus cantonnés à des rôles les renvoyant à leurs origines. "Ça va s'arranger", veut-elle croire. "Inch'Allah", ajoute l'acteur, dans un trait d'esprit.

22h53 : Deux, qui a remporté le César du meilleur premier film, raconte l'histoire de deux retraitées, Nina (Barbara Sukowa) et Madeleine (Martine Chevallier), qui vivent une histoire d'amour aussi secrète que passionnée depuis des décennies. Voici la bande annonce :

23h32 : Bonsoir @souvenirs souvenirs, ça m'étonnerait beaucoup que l'hommage aux disparus du septième art de l'année soit zappé. Nous avons déjà eu un hommage à Michel Piccoli et une autre plus discret en film d'animation à Jean-Pierre Bacri. C'est maintenant justement.

22h49 : Pas de séquence "nécro" cette année aux Césars ? Bonne soirée

22h49 : Adieu les cons d'Albert Dupontel remporte une nouveau César, le troisième. Pour sa photographie cette-fois, dirigée par Alexis Kavyrchine.

22h46 : Et si on faisait un petit récap' ? Voici deux récompenses marquantes de la soirée jusqu'à présent :

• Egalement sélectionné aux Oscars, Deux de Filippo Meneghetti, une histoire d'amour entre deux septuagénaires, a remporté le César du meilleur premier film.

• Accusée l'an dernier de manque de diversité, la cérémonie a démarré en récompensant deux acteurs noirs comme meilleurs espoirs : Jean-Pascal Zadi et Fathia Youssouf.




(Bertrand GUAY / POOL / AFP)

22h45 : "La jeunesse trinque, déclare le documentariste césarisé Sébastien Lifshitz, dans une allusion à la crise sanitaire. C'est dur, tenez bon. J'espère que les beaux jours arriveront très vite."

22h43 : Le César du meilleur documentaire revient à Adolescentes de Sébastien Lifshitz, déjà césarisé en 2013 pour Les Invisibles.

22h39 : Le costume trois-pièces marron de Lhermitte et son motif à petits carreaux très années 1970 sur lequel toute la troupe du Splendid plaisante rappelle les débuts de la bande.

22h36 : "Nous sommes cas contacts depuis 50 ans."

22h35 : Jugnot sort des feuilles de papier. Ses tests PCR, blague-t-il.

22h34 : "Merci l'Académie qui nous fait cet honneur (...) une année où il y a personne", plaisante Clavier.

22h47 : Blanc raconte une anecdote à propos d'un slip parfumé à la violette par Balasko. "Vous pouvez vous rasseoir", dit celle-ci. "Avançons parce que la soirée va être longue", glisse Chazel. Lhermitte fait mine d'éternuer. Un truc contre le coronavirus soi disant...

22h29 : La troupe du Splendid monte sur scène pour recevoir ses César. Christian Clavier, Michel Blanc, Gérard Jugnot, Thierry Lhermitte, Josiane Balasko, Marie-Anne Chazel et Bruno Moynot. La salle est debout.

22h25 : Laurent Laffite promet "un César LGBT" pour l'année prochaine. Pour celle-ci, c'était "trop consensuel". C'est une blague.

22h21 : Laurent Laffite monte sur scène avec une jolie collection de César qu'il va remettre à la troupe du Splendid.

22h20 : Césarisé ce soir, Josep est aussi un premier film d'animation pour le dessinateur de presse et de BD Aurel. Il raconte l'histoire vraie d'un dessinateur de presse, réfugié politique espagnol interné dans le Sud de la France en 1939. A franceinfo, c'était un gros coup de cœur.

22h17 : Revenons au palmarès : Josep du dessinateur Aurel remporte le César du meilleur film d'animation.

22h15 : Année blanche pour le monde de la culture, refus de la réforme de l'assurance chômage... Les deux représentants syndicaux énumèrent leurs revendications.

22h14 : Deux représentants syndicaux du monde du spectacle sont invités à monter sur scène par Chiara Mastroianni. Ils rappellent l'occupation d'une vingtaine de théâtres à travers la France.

22h12 : Place au César du meilleur court métrage d'animation qui revient à Agnès Patron pour L'Heure de l'ours.

22h08 : Ce César des lycéens est une nouveauté de l'année. Le jury de 2 000 élèves de terminale a choisi parmi les cinq longs-métrages concourant par le César du meilleur film.

22h06 : Les lycéens remettent leur César à Adieu les cons d'Albert Dupontel.

22h03 : Retour au palmarès. Le César des meilleurs décors revient au film d'Albert Dupontel Adieu les cons.

22h02 : "Il est possible que mon intervention soit un peu islamo-gauchiste", prévient Fary sur scène pour remettre le César du meilleur décor. Il regarde les 150 personnes dans la salle. "Il ne reste que vous. Ceux qui n'auront un balance ton porc." Il enchaîne par une critique des réflexions racistes ayant visé Omar Sy dans la peau d'Arsène Lupin sur Netflix.

21h59 : Un bruit d'interférence dans le micro. Marina Foïs explique que c'est à cause de son vaccin contre le Covid-19, qui lui permet d'avoir la 5G pour lutter contre les pédo-satanistes. C'était la blague épidémie et complotisme de la soirée.

21h57 : Bonsoir @d0m, non, je viens de vérifier. Qu'importe si les bêtes meurent n'est pas dans le palmarès du mois dernier publié par les Inrocks.