Cet article date de plus de dix ans.

L'affaire Depardieu a-t-elle dégradé l'image de la France ?

Selon l'UMP, l'exil russe de l'acteur fait de la France la risée du monde. Revue de presse. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
L'affaire Depardieu fait couler beaucoup d'encre à l'étranger, comme ici, à la une du "Financial Times", le 7 janvier 2013. (EMILIE JEHANNO / FRANCETV INFO)

La France devient "la risée du monde". Pour Valérie Pécresse, ancienne ministre UMP, l'exil fiscal belgo-russe de Gérard Depardieu est une catastrophe en termes d'image, explique-t-elle dans un entretien au JDD dimanche 6 janvier. Elle blâme le gouvernement socialiste, qui aurait dépassé le seuil de tolérance fiscale des Français. L'affaire Depardieu nuit-elle vraiment à l'image de la France ? Petit tour du monde des réactions de la presse.

"Une autre farce française"

"Depardieu est maintenant le nouveau Dominique Strauss-Kahn, un homme dont nous ne voulons plus jamais entendre parler." Dans un éditorial du quotidien britannique The Times (article payant en anglais), Agnès Poirier, chroniqueuse française à Paris et Londres, compare l'affaire Depardieu à l'affaire DSK, du nom de l'ancien directeur du FMI accusé d'avoir agressé sexuellement une femme de chambre dans un hôtel de New York en mai 2011.

Gérard Depardieu a "tourné en ridicule 60 millions de Français" avec sa lettre d'amour à la Russie et son accolade à Vladimir Poutine devant la télévision d'Etat russe. Des images reprises en boucle dans tous les médias. Pour Agnès Poirier, François Hollande serait aussi responsable de cette débâcle. "Le président Hollande a lamentablement échoué à saisir l'importance de cette affaire. Nicolas Sarkozy n'aurait pas laissé Depardieu partir. François Mitterrand l'aurait convoqué à l'Elysée", poursuit-elle.  

La chroniqueuse regrette : "Le monde regarde une autre farce française se mettre en place." Pour elle, tout le monde y perd, la France, les Français, Depardieu et Hollande.

L'arbre qui cache la forêt

Pour le New York Times, l'affaire Depardieu est l'arbre qui cache la forêt. Dans un éditorial du 5 janvier (en anglais), le quotidien américain critique la politique de François Hollande, qui augmente les taxes et coupe dans les dépenses publiques sans pour autant améliorer la croissance française. La taxe à 75% sur les revenus supérieurs à un million d'euros et l'affaire Depardieu "ont attiré l'attention loin des réformes importantes".

Selon le quotidien britannique The Financial Times, c'est aussi la situation économique européenne qui prend le dessus. L'affaire Depardieu, "une tempête politique" en France, est une excellente opportunité pour Vladimir Poutine de montrer la stabilité économique de son pays face à la crise de la zone euro.

Pour Le Temps, quotidien suisse, l'affaire Depardieu montre que les socialistes rackettent les plus riches. Le gouvernement français serait atteint "d'un véritable délire patriotique". Il devrait "cesser de harceler ceux qui sont capables de réussir, plutôt que de flatter le bas peuple en désignant les riches à la vindicte populaire".

Un gouvernement socialiste qui ne veut pas perdre la face

Pour le britannique The Guardian, le gouvernement socialiste est pris au piège et il s'agit maintenant pour lui de ne pas perdre la face. La confusion autour d'une nouvelle taxe à 75% pérenne ou non en serait la preuve, selon le Financial Times. Le quotidien espagnol El Pais admire un peu Gérard Depardieu, qui a réussi "à transformer une affaire personnelle en un problème politique pour François Hollande".

Une caricature de Kroll, parue dans le quotidien belge Le Soir, résume la situation. Elle montre un Vladimir Poutine au sourire victorieux brandissant Gérard Depardieu, qui urine sur la tête de François Hollande, comme le Manneken Pis. Le président français, lui, se demande où est son parapluie, en souvenir de la cérémonie pluvieuse de son premier 14-Juillet.

Si l'image de la France a pu pâtir de cette affaire, c'est surtout celle de Gérard Depardieu qui est écornée. L'acteur s'est attiré les sarcasmes des opposants au président russe. Dans une tribune sur la radio d'opposition Echo de Moscou, traduite par Courrier international, l'écrivain Edouard Limonov a exhorté l'acteur à manifester avec eux le 31 janvier : "Gérard, viens nous rejoindre, avec ton passeport russe tout neuf en poche, place du Triomphe ! A partir de 18 heures, les citoyens russes manifestent pour la liberté de réunion." Car, pour tous, c'est Vladimir Poutine le grand gagnant de cette histoire : il a réussi à faire de la star française un pion jouant en sa faveur.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Gérard Depardieu

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.