Gérard Depardieu absent de sa convocation pour conduite en état d'ivresse

L'acteur devra donc comparaître en correctionnelle, ce qui risque d'entraîner un alourdissement de la peine.

Gérard Depardieu à Paris, le 7 novembre 2012.
Gérard Depardieu à Paris, le 7 novembre 2012. (MAXPPP)

Après un week-end folklorique en Russie et une pause footballistique en Suisse, Gérard Depardieu devait comparaître mardi 8 janvier pour avoir conduit un scooter en état d'ivresse fin novembre. Mais l'acteur doit "se trouver dans une république des Balkans pour cette négociation", a déclaré son avocat Eric de Caumont, en référence à un prochain tournage. Selon BFMTV, Gérard Depardieu se trouvait mardi matin "au Monténégro pour un festival de cinéma".

Francetv info vous résume les conséquences de cette affaire.

Quelles suites pour Depardieu ?

L'absence de l'acteur de 64 ans à cette procédure dite de "plaider coupable", formule simplifiée et alternative au procès, doit théoriquement entraîner son renvoi devant le tribunal correctionnel. Ce que l'avocat de Gérard Depardieu a confirmé, précisant que l'acteur va être renvoyé "d'ici à quelques mois" devant le tribunal correctionnel de Paris. Selon son avocat, l'acteur ne souhaite pas "échapper" à la justice et "n'a pas choisi de ne pas venir".

Francetv info

Victime d'un accident de scooter sans gravité dans le 18e arrondissement parisien le 29 novembre, il avait été contrôlé avec un forte quantité d'alcool : 1,8 g par litre de sang, alors que le taux autorisé en France est limité à 0,5 g. 

Quelle différence entre "plaider coupable" et correctionnelle ?

Contrairement à un procès en correctionnelle, la présence du prévenu est obligatoire aux deux séquences qui composent la comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (le "plaide coupable") : tout d'abord un face-à-face dans le bureau d'un représentant du parquet qui propose une peine sanctionnant l'infraction, puis, si la peine est acceptée, une brève audience publique devant un juge chargé d'homologuer cette proposition de peine.

La conduite en état d'ivresse est passible de 4 500 euros d'amende et d'une peine pouvant aller jusqu'à deux ans de prison, en plus du retrait de 6 points sur le permis de conduire. D'après Dominique Verdeilhan, chroniqueur judiciaire à France 2, "le parquet [voulait] plutôt lui proposer une amende et une suspension temporaire de son permis de conduire". Mais "le renvoi [en correctionnelle] de cette affaire banale pourrait entraîner un alourdissement de la peine", précise le journaliste sur son blog.

Un contexte spécial pour la star

Cette convocation devant la justice française arrive après une séquence plutôt galvanisante pour l'acteur, décrié en France mais toujours célébré à l'étranger. Dans la foulée d'un dîner samedi soir avec Vladimir Poutine dans la résidence présidentielle russe de Sotchi, sur la mer Noire, une réception grandiose a accueilli l'acteur en Mordovie, à 640 km à l'est de Moscou, où les autorités locales lui ont proposé le poste de ministre de la Culture de la région (qu'il a refusé).

Alban Mikoczy et Volodia Sidorov - France 2

Lundi soir, au Palais des Congrès de Zurich (Suisse), tapis rouge et fans l'attendaient au gala du Ballon d'or. Des moments propres à réconforter l'icône turbulente du septième art, accablé de critiques pour son exil fiscal en Belgique et sa toute nouvelle citoyenneté russe. "J'ai un passeport russe, mais je suis français et j'aurai certainement la double nationalité belge", a expliqué l'acteur dans une interview donnée à Zurich, niant avoir accepté ce nouveau passeport pour "échapper au fisc".

Francetv info