Street art : C215 s’installe à Carpentras et imprime les murs de la ville de son empreinte

Il est l’un des street artistes français les plus connus au monde. Christian Guémy, alias C215, est à l’honneur d’une double exposition dans sa ville d’adoption.
Article rédigé par Stéphane Hilarion
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min
Plusieurs œuvres de C215 sont à découvrir dans les rues du centre de Carpentras (Vaucluse). (France 3 Provence-Alpes / F. Roche)

Artiste engagé, star du pochoir, mondialement connu, C215 s’est récemment installé avec sa famille à Carpentras dans le Vaucluse. Pour fêter cela, la ville a choisi d’offrir au street artiste la première exposition temporaire organisée dans la bibliothèque-musée de l’Inguimbertine à l’Hôtel-Dieu, à voir jusqu’au 31 octobre 2024.

Une célébration en deux temps : le premier volet de l'exposition comprend une grande rétrospective de sa carrière visible dans la galerie d’honneur de l’hôtel-Dieu. Pour l’occasion, C215 expose également sa collection personnelle d’autographes de poètes.

Double exposition de C215 à Carpentras
C215 à Carpentras Double exposition de C215 à Carpentras (France 3 Provence-Alpes / F. Poret / F. Roche / E. Guez)

Le deuxième volet se découvre au détour des rues du centre ancien. Sur les façades, portes et éléments du mobilier urbain, Christian Guémy réinterprète au pochoir des œuvres présentes dans la collection permanente de la bibliothèque-musée de l’Inguimbertine.

"Dans la rue on est toujours dans une approche contextuelle. En fait, le portrait en lui-même, moi je ne suis pas Delacroix, donc l’idée ce n’est pas seulement de soigner dans le détail un portrait, mais de créer chez les passants la surprise de croiser une œuvre et de s’y intéresser", explique l’artiste.  

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par C215 (@christianguemy)

"C215 autour de l’Inguimbertine", jusqu’au 31 octobre 2024. Hôtel-Dieu, place Aristide Briand 84200 Carpentras. Tous les jours, sauf le lundi, de 10h à 18h.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.