Jardin de Giverny : la maison de Monet à l'épreuve du confinement

Avec 700 000 entrées par an, c'est le deuxième site le plus visité de Normandie. À Giverny (Eure), le jardin de Monet continue de fleurir en silence. Malgré le confinement et le coronavirus, il doit toujours être entretenu.

FRANCE 3

C’était sa fierté, son autre œuvre, le jardin de Claude Monet est parfaitement entretenu en attendant la réouverture. En deux mois de fermeture, l’entretien n’a pas changé, ni dans la maison du maître, ni surtout, dans les jardins qu’il avait façonnés pour sa peinture. Un jardinier s’occupe tous les jours du bassin des nymphéas par exemple. "Vous êtes obligés d’entretenir l’étang tous les jours même si le public n’est pas là, parce que si vous laissez les pieds de nénuphar pousser à longueur d’années, l’étang est envahi par toutes les feuilles", explique Jean-Marie Avisard.

Des conditions d'accueil différentes

Dans les serres, des centaines de milliers de fleurs attendent d’être plantée pour se montrer aux touristes pendant l’été. 7 000 personnes défilent dans le domaine chaque jour en haute saison. Les conditions d’accueil vont bien évidemment être différentes de d’habitude.

Le JT
Les autres sujets du JT
Avec 700 000 entrées par an, c\'est le deuxième site le plus visité de Normandie. À Giverny (Eure), les jardins de Monet continuent de fleurir en silence. Malgré le confinement et le coronavirus, il doit toujours être entretenu.
Avec 700 000 entrées par an, c'est le deuxième site le plus visité de Normandie. À Giverny (Eure), les jardins de Monet continuent de fleurir en silence. Malgré le confinement et le coronavirus, il doit toujours être entretenu. (FRANCE 3)