L'"arbre" vandalisé de la place Vendôme fait le tour du monde

La presse étrangère a abondamment relayé les mésaventures de l'œuvre de Paul McCarthy installée place Vendôme à Paris.

L\'œuvre \"The Tree\" de Paul McCarthy, le 15 octobre 2014 à Paris.
L'œuvre "The Tree" de Paul McCarthy, le 15 octobre 2014 à Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)

"Tous les Parisiens n'aiment pas l'art contemporain." Comme le Wall Street Journal (en anglais), de nombreux médias étrangers ont raconté l'histoire de The Tree, cette œuvre gonflable de l'artiste Paul McCarthy en forme de sex-toy vandalisée samedi 18 octobre.

Le quotidien espagnol El Mundo (en espagnol) consacre un long article à "ce vibromasseur vert qui divise Paris". "Sa ressemblance à un sex-toy plutôt qu'à l'arbre qu'elle était sensée représenter a heurté certaines sensibilités dans la capitale française", raconte le site de la télévision publique belge RTBF.

"La France a une longue histoire d'explorations sexuelles"

D'autres médias, comme Buzzfeed (en anglais), préfèrent disserter sur la ressemblance de l'objet avec un plug annal. Le site américain propose même une comparaison en images,  "pour ceux qui ne sont pas familiers avec le sex-toy en question".

Beaucoup ne comprennent pas la destruction de l'œuvre. "Pourquoi les Parisiens sont-ils si effrayés par la sculpture de Paul McCarthy ?", s'interroge le New York Observer (en anglais). "Le truc, c'est que la France a une longue histoire d'explorations sexuelles", relève le magazine, avant de citer le marquis de Sade et son livre Les 120 journées de Sodome.

Le site internet people TMZ (en anglais) n'hésite pas à qualifier les saboteurs de "groupe de crapules", quand le Daily Mail (en anglais) titre "non, non, non" en français dans le texte. Et le New York Magazine (en anglais) de conclure : "Paris est désormais un peu moins magique."