De la famille Giacometti à Velázquez, les expositions à voir en régions cet été

Matisse à Corte, Velázquez à Orléans, la famille Giacometti à Saint-Paul de Vence... Notre sélection d'expositions à voir en régions cet été.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min.
A gauche, Henri Matisse, "Pêcher en fleurs", 1898, Collection particulière - A droite, Camille Pissarro, "Jardin et poulailler chez Octave Mirbeau, Les Damps", 1892, Collection Hasso Plattner, MB-Pis-03 (A gauche © Succession H. Matisse Photo : Xavier Martinez - A droite © Tous droits réservés)

Le musée de Corte expose les œuvres réalisées par Matisse en Corse, la Fondation Maeght s'intéresse aux cinq artistes de la famille Giacometti, Jeff Koons est toujours au Mucem, les jardins des impressionnistes et des nabis sont à Giverny... Quinze expositions à voir en régions cet été.

Sur les traces du "Saint Thomas" de Velázquez à Orléans

Diego Velázquez, Saint Thomas, Orléans, musée des Beaux-Arts  (© Gigascope)

Le musée des Beaux-arts d'Orléans retrace l'histoire du Saint Thomas de Velázquez, joyau des collections françaises, peint en 1620 quand le peintre avait 20 ans et identifié comme un tableau du maître en 1920 par l'historien de l'art Roberto Longhi. L'exposition replace le tableau au cœur de ses sources et de son contexte de création, avec des œuvres de Jusepe de Ribera, Francisco Pacheco, Luis Tristàn... Un nouveau tableau, un Saint Simon qui pourrait être aussi un des apôtres de Velázquez et de son atelier, vient de s'inviter dans l'exposition (jusqu'au 14 novembre 2021).

Jeff Koons au Mucem

Jeff Koons. "Bluebird Planter", 2010-2016. Pinault Collection (© Jeff Koons, photo : Fredrick Nilsen / Courtoisie Gagosian)

Le Mucem expose 19 œuvres de Jeff Koons issues de la collection Pinault, des pièces célèbres comme Balloon Dog, Lobster ou Dutch Couple qui retracent le parcours du plasticien américain et dialoguent avec les objets des collections d'art populaire du musée marseillais. Une présentation conçue en collaboration avec l'artiste (jusqu'au 18 octobre 2021).

Zao Wou-Ki à l'Hôtel de Caumont à Aix-en-Provence

Zao Wou-Ki "Ville engloutie", 1955, Collection particulière  (© Adagp, Paris, 2021, photo: Antoine Mercier)

80 œuvres de Zao Wou-Ki sont exposées à l'Hôtel de Caumont à Aix-en-Provence, huiles, aquarelles et encres de Chine, où l'artiste d'origine chinoise explore d'abord le thème de la lumière diurne et nocturne, puis travaille sur le vide et le plein, avant une phase plus sombre. Avec toujours l'objectif de "donner à voir" ce qui ne se voit pas et qui habite "l'espace du dedans" (jusqu'au 10 octobre 2021).

Face à Arcimboldo au Centre Pompidou-Metz

Giuseppe ARCIMBOLDO, "L'Automne", 1573, Paris, musée du Louvre (Photo © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Franck Raux)

Le Centre Pompidou-Metz rend hommage à Arcimboldo (1527-1593), à travers le regard d'artistes comme James Ensor, Hannah Höch, Pablo Picasso, René Magritte, Francis Bacon, Cindy Sherman... Une exposition qui entend montrer combien les réflexions du célèbre peintre lombard de visages composés de légumes ou d'objets ont irrigué l'histoire de l'art (jusqu'au 22 novembre 2021).

La Corse de Matisse au musée de Corte

Henri Matisse (1869-1954,"La mer en Corse, Le Scoud", 1898, Corte, musée de la Corse  (© Succession H. Matisse, Photo : Musée de la Corse/Philippe Jambert)

À la suite de l'acquisition par la collectivité de Corse en 2019 du tableau La Mer en Corse d'Henri Matisse (1869-1954), le musée de la Corse de Corte propose une exposition sur le séjour du peintre dans l'île en 1898 : il y découvre la Méditerranée, sa lumière et ses couleurs et y peint 55 tableaux en six mois. Une vingtaine des ces toiles, ainsi que des dessins, sont présentées, dont de nombreuses œuvres jamais montrées au public (du 24 juillet au 30 décembre 2021).

Les jardins des impressionnistes et des nabis au musée des Impressionnismes de Giverny

Alfred Sisley (1839-1899),"Printemps, paysanne sous les arbres en fleurs", vers 1865-1866, Collection particulière, par l’intermédiaire de la Hélène Bailly Gallery, Paris  (© Courtesy Galerie Bailly)

"Côté jardin, de Monet à Bonnard" rassemble une centaine de peintures, dessins, estampes et photographies qui illustrent la "sensibilité" au jardin, la vision différente qu'en ont les artistes impressionnistes et nabis, de Renoir à Monet, de Vuillard à Bonnard, en passant par Sisley et Pissarro, Maurice Denis ou Paul Sérusier. Leur évocation du jardin est présentée à travers les thèmes de l'espace, de l'absence, des rêveries, des jardins publics, des jardins luxuriants (au musée des Impressionnismes de Giverny, dans l'Eure, jusqu'au 1er novembre 2021).

Yan Pei-Ming au musée Unterlinden de Colmar

Yan Pei-Ming, "International Landscape by Night", 2011, Musée national d’art moderne, Centre Georges Pompidou, Paris  (Photographie : André Morin © Yan Pei-Ming, ADAGP, Paris, 2021)

Le musée Unterlinden de Colmar présente 60 tableaux et dessins de Yan Pei-Ming, peintre contemporain connu pour ses grands tableaux souvent monochromes. 40 ans de création, depuis ses dessins de jeunesse, puis les portraits de Mao et de son père, de Bouddha, ses autoportraits, des paysages, pour finir avec une œuvre créée pour l'exposition dans le contexte du deuxième confinement, Pandémie (2020), en écho au Retable d'Issenheim conservé au musée (exposition prolongée jusqu'au 11 octobre 2021).

Salammbô, l'histoire du plus fou des romans de Flaubert au musée des Beaux-Arts de Rouen

Georges-Antoine Rochegrosse,"Salammbô et les colombes", 1895 (FRANÇOIS LAUGINIE)

À l'occasion du bicentenaire de la naissance de Gustave Flaubert, l'exposition "Salammbô Fureur ! Passion ! Eléphants", au musée des Beaux-Arts de Rouen, dévoile au travers d'une riche somme de documents, archives, objets archéologiques, peintures, sculptures, films ou photographies, l'incroyable épopée d'un roman "phénomène" dont la portée a traversé le temps jusqu'à nous, et n'a cessé d'inspirer de nombreux artistes depuis sa publication en 1862 (jusqu'au 19 septembre 2021).

L'autoportrait de Cézanne à Bonnard au musée Bonnard du Cannet

Pierre Bonnard, "Le Boxeur", 1931, Musée d’Orsay, Paris  (© Musée d’Orsay, © Dist. RMN-Grand Palais / Michelle Bellot)

Autour d’un important ensemble d’autoportraits de Pierre Bonnard, le musée Bonnard du Cannet (Alpes-Maritimes) expose les autoportraits de plus de vingt artistes, pour montrer comment au XXe siècle l'autoportrait a été prétexte à témoigner de la diversité de la société contemporaine, et devient matière à exprimer son identité intérieure, ses doutes, ses désirs, ses fantasmes, au-delà de la représentation physique. Avec, entre autres, des œuvres de Balthus, Bonnard, Cézanne, Chagall, Maurice Denis, Henri Goetz, Matisse, Picasso, Roussel, Tal Coat, Van Dongen, Vuillard... (jusqu'au 3 octobre 2021).

Les Giacometti : une famille de créateurs, à la Fondation Maeght

A gauche, Giovanni Giacometti, "Il Pittore", 1921, Collection particulière, Suisse - A droite, Alberto Giacometti, "Le Chien", 1951, Collection Fondation Maeght, Saint-Paul-de-Vence (A gauche © 2016 Christie’s Images Limited - A droite © Succession Giacometti (Fondation Giacometti, Paris et ADAGP0 Paris) 2021)

La Fondation Maeght de Saint-Paul-de-Vence (Alpes-Maritimes) réunit les cinq artistes suisses de la famille Giacometti : Alberto le plus célèbre, son frère Diego le designer, leur père le peintre Giovanni, Augusto leur cousin, précurseur de l'art non figuratif, et leur plus jeune frère Bruno, architecte. L'exposition met l'accent sur la relation intime de chacun d'eux avec leur village natal, Stampa (jusqu'au 14 novembre 2021).

La Revue Noire aux Abattoirs de Toulouse

Alain Nzuzi Polo, sans titre (Série Noire), 2014 (© Droits réservés)

Les Abattoirs de Toulouse rendent hommage à la Revue Noire qui, dans les années 1990, a révélé le dynamisme et la modernité de la création en Afrique et aussi dans la Caraïbe et l'océan Indien, des arts plastiques à la mode, de la littérature au cinéma, de la photographie au design et à la danse. L'exposition revient sur dix ans de travail du trimestriel, avec une sélection d'œuvres d'art et 300 images de 28 photographes africains (jusqu'au 29 août 2021).

Les peintres caravagesques de la collection Longhi au Musée des Beaux-Arts de Caen

Orazio Borgianni, "Déploration sur le Christ mort", vers 1615 (Florence, Fondazione di Studi di Storia dell'Arte Roberto Longhi)

Le musée des Beaux-Arts de Caen rend hommage à Roberto Longhi, spécialiste des œuvres caravagesques et aussi collectionneur et dessinateur. Il présente une cinquantaine d'œuvres de Carlo Saraceni, Battistello Caracciolo, Orazio Borgianni, Matthias Stomer, Giovanni Lanfranco, Mattia Preti, Jusepe de Ribera, ou Valentin de Boulogne, et le fameux Jeune Garçon mordu par un lézard, de Caravage de la collection Longhi, ainsi qu'une vingtaine de dessins de la main de l'historien de l'art (jusqu'au 17 octobre 2021).

Noir et blanc dans la collection Pinault au Couvent des Jacobins de Rennes

Man Ray, "Noire et Blanche", 1926 (© Man Ray 2015 Trust / Adagp, Paris 2021, Pinault Collection)

En photographie mais aussi dans la peinture, la sculpture, le dessin, la vidéo et la mode, l'exposition du Couvent des Jacobins de Rennes présente une centaine d'œuvres de la collection de François Pinault créées par 57 artistes en noir et blanc, excluant la séduction de la couleur (jusqu'au 29 août 2021).

Les "eaux troublées" d'Edward Burtynsky au Pavillon populaire de Montpellier

Edward Burtynsky, Serres, Péninsule d’Almería, Espagne, 2010  (© Edward Burtynsky, courtesy Admira, Milan / Nicholas Metivier Gallery, Toronto)

Le Canadien Edward Burtynsky explore avec ses photographies en grand format l'influence des hommes et de la civilisation sur le paysage, révélant une nouvelle beauté qui n'est pas naturelle. Il crée une tension entre cette beauté et la réalité de la situation dramatique qu'elle décrit, démasquant l'ambiguïté entre l'objectivité du travail documentaire et la revendication esthétique. Eaux polluées, mers de serres en plastique, paysages dévastés, ses images sont à voir au Pavillon populaire de Montpellier (jusqu'au 26 septembre 2021).

Guillermo Kuitca au LaM de Villeneuve-d'Ascq

Guillermo Kuitca, "Sans titre (dyptique)", 2020 (Photo : Touzón Martín © Guillermo Kuitca)

Vingt ans après sa dernière exposition en France, à la Fondation Cartier, le LaM de Villeneuve-d'Ascq (Nord) expose 40 ans de création de l'artiste argentin Guillermo Kuitca, dessins, peintures, installations, pour la plupart jamais montrées en Europe. Figure centrale de la création en Amérique Latine, il s'est intéressé aux arts de la scène, aux plans de villes et cartes géographiques, avant d'évoluer vers l'installation tout en restant attaché à l'expression picturale (jusqu'au 26 septembre 2021).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Arts-Expos

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.