Vidéo "Complément d'enquête" sur la succession de Claude Berri, une affaire de famille hors normes

Publié Mis à jour
Article rédigé par
France Télévisions

Le "dernier nabab du cinéma français", Claude Berri, s’est éteint en 2009. De "Tchao Pantin" à "Bienvenue chez les Ch’tis", le réalisateur et producteur laisse derrière lui une œuvre… mais aussi un héritage estimé à 85 millions d’euros, et une famille en guerre. Son fils Thomas Langmann accuse son demi-frère Darius de l’avoir spolié. "Complément d'enquête" diffuse le 20 mai 2021 un document sur cette affaire de famille hors normes, dont voici un extrait.

The Artist, Mesrine, c'est lui. Du moins, sans Thomas Langmann, le film muet aux six Césars et cinq Oscars ou le biopic en deux volets qui a "cartonné" au box-office n'auraient pas vu le jour. Le producteur à succès est le fils d'un autre poids lourd du cinéma français : Claude Langmann, alias Claude Berri. "Complément d'enquête" raconte le 20 mai 2021 une histoire dont il aurait pu faire un film – mais dont les protagonistes sont bien réels. 

C'est une histoire de famille, entre polar hollywoodien et tragédie grecque. Elle commence à la mort de Claude Berri, en 2009, par ce qui ressemble à une banale querelle d'héritage. Sauf que cet héritage de 85 millions d'euros comprend une exceptionnelle collection d'œuvres d'art : officiellement 1 200 œuvres, peut-être beaucoup plus... Avant tout le monde, dès les années 1980, le cinéaste a investi sa fortune dans l'art contemporain. Son hôtel particulier rue de Lille regorgeait de tableaux et sculptures des plus grands, de Dubuffet à Giacometti.

Une collection de (au moins) 1 200 œuvres d'art, et deux héritiers en guerre

A son décès, Claude Berri laisse deux héritiers : Thomas Langmann et son demi-frère Darius, de quinze ans son cadet, né de l'union du cinéaste avec Sylvie Gautrelet, une costumière. Devant le notaire, ils découvrent un testament vieux de vingt ans, qui donne une part plus importante à Darius. L'explication, c'est qu'à sa naissance, Claude Berri était encore marié à la mère de Thomas ; or, à l'époque, la loi ne prévoyait rien pour les enfants adultérins. Malgré un arrangement (Darius renonce au testament et accepte de faire 50-50 avec son frère aîné, en échange de parts dans une société de cinéma), Thomas reste meurtri. Très pris par le cinéma, il charge son demi-frère, étudiant en philosophie et passionné d'art, de recenser les œuvres qu'ils devront se partager.

Aujourd'hui, Thomas est persuadé que Darius aurait dissimulé une partie de l'héritage de leur père. Il accuse aussi sa belle-mère, l'écrivaine Nathalie Rheims, qui a partagé les dix dernières années de la vie de Claude Berri. Selon lui, des centaines d'œuvres d'art se seraient volatilisées. Dans cet extrait, il raconte aux journalistes comment une table Giacometti a éveillé ses soupçons. Cette table qu'il a vue chez son père peu avant son décès, il l'a par hasard retrouvée chez Darius… sans que le partage ait été effectué. Fou de rage, il contacte alors des avocats et décide de porter plainte, mettant sa carrière en suspens pour se consacrer à cette affaire.

Thomas Langmann se fait-il un film, ou bien est-il victime d'une gigantesque escroquerie ?

Une affaire qui, pour le camp opposé, n'existe pas. Thomas Langmann poursuivrait-il à travers son demi-frère un conflit non réglé avec son père, avec lequel il entretenait des relations compliquées ? C'est ce que pense Arlette Langmann, la sœur de Claude Berri. Qui est vraiment ce producteur "un peu fou-fou" mais "dark aussi", selon le portrait qu'en fait l'acteur Vincent Cassel ? Sa face sombre s'était étalée dans la presse au moment de sa condamnation pour harcèlement moral sur son ex-épouse ; Darius Langmann (qui n'a pas souhaité être interviewé par "Complément d'enquête") le taxe, dans un SMS aux journalistes, de paranoïa et de mythomanie… 

Thomas Langmann se fait-il un film ? Rongé par ses démons, aurait-il inventé cette histoire de toutes pièces ? Est-il au contraire victime d'une gigantesque escroquerie ? Cette guerre fratricide donne en tout cas lieu à de vastes investigations judiciaires, qui mobilisent pas moins de trente enquêteurs. La justice est à l'œuvre… et le fisc aussi : si des œuvres ont été soustraites de la succession, elles ont échappé aux impôts... "Complément d'enquête" a réuni des témoignages exclusifs, des archives et documents inédits, et s'est plongé dans cette affaire de famille hors normes.

 Extrait de "Au nom du père, du fisc et de Claude Berri", un document à voir dans "Complément d'enquête" le 20 mai 2021.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Art contemporain

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.