Cet article date de plus d'un an.

Polémiques au sein de la Fédération française de football :  "Il y a des choses à régler et croyez-moi, on va les régler", assure un membre du comité exécutif

"Pourquoi le football ?", interroge Jamel Sandjak, président de la Ligue de Paris Île-de-France qui regrette que le débat soit soulevé à quelques jours du Mondial alors que rien n'a été objecté lors de la coupe du monde de handball en 2015.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min
Jamel Sandjak, président de la Ligue de Paris Île-de-France et membre du comité exécutif de la FFF, le 7 mars 2017. (GABRIEL BOUYS / AFP)

"Il y a des choses à régler. On est tous d'accord là-dessus. Et croyez-moi, on va les régler", a affirmé  samedi 15 octobre sur franceinfo Jamel Sandjak, président de la Ligue de Paris Île-de-France et membre du comité exécutif de la Fédération française de Football. Un audit est en cours pour faire la lumière sur le climat sexiste qui régnerait à la FFF et sur le comportement de son président, Noël Le Graët. Ce dernier a une nouvelle fois créé la polémique dans l’émission Complément d’Enquête diffusée sur France 2. Interrogé sur la Coupe du monde au Qatar, il a semblé banaliser la vétusté des chambres des employés de l'hôtel des Bleus : "C'est juste un coup de peinture !"a-t-il répondu.

Jamel Sandjak ne nie pas les difficultés du moment au sein de la FFF : "Au comité exécutif, vous avez 14 membres qui ont chacun leur cerveau" et "quand on se rencontre pour échanger tout le monde n'est pas d'accord", a-t-il indiqué.  

>> Comment la FFF a détourné le regard sur le terrain des droits humains au Qatar

franceinfo : Comment réagissez-vous aux propos de Noël Le Graët ?

Jamel Sandjak : Je ne sais pas. J'ai appris cela ce matin. On a reçu un mail du président pour exprimer ses regrets de la manière dont cela a été abordé. Il demandait la totalité de la vidéo de son interview. Je ne sais pas si c'est un montage qui a permis effectivement de faire ressortir cette phrase ou ses propos. On ne s'est jamais autant réuni pour échanger ensemble au niveau du comité exécutif. Au comité exécutif, vous avez 14 membres qui ont chacun leur cerveau. Chacun a son expérience et chacun une analyse sur la situation. Quand on se rencontre pour échanger tout le monde n'est pas d'accord. Tout le monde exprime sa position.

Vous avez bien conscience qu'il y a un problème de droits sociaux au Qatar ?

Bien évidemment. On n'a pas été champion du monde de handball il n’y a pas longtemps au Qatar [2015] ? Je n'ai jamais rien entendu. Pourquoi on utilise le football pour faire passer un certain nombre de messages dont je comprends évidemment le sens ? Je comprends aussi les inquiétudes de nos concitoyens. Mais pourquoi maintenant ? Je ne comprends pas. Je connais l'histoire de France, notamment dans les combats sociaux. Je comprends notre sensibilité dans ce domaine. Il y a eu aussi pas mal d'installations depuis dix ans qui ont été construites au Qatar. Pourquoi le football ? Dans 40 jours, on a une Coupe du monde. Vous connaissez l'impact pour nos centaines de milliers de jeunes, l'impact de notre équipe de France au niveau social, économique, en termes de fraternité, en termes de reconnaissance, en termes de modélisation. On se rend compte de tout ça ? On a une Coupe du monde. On veut la jouer. On donne un maximum de chances à Didier Deschamps et à notre équipe. Il y a des choses à régler. On est tous d'accord là-dessus. Et croyez-moi, on va les régler.

Noël Le Graet est-il fragilisé ?

La situation aujourd'hui est complexe. Un certain nombre de journalistes un peu sérieux l'ont montrée. Il y a plusieurs soucis que nous devons régler. Ce n'est pas simplement le souci du président de la Fédération. On a un souci de management. Ça a été révélé par des enquêtes. Nous travaillons dans un cadre assez particulier puisqu'on a une Coupe du monde. Si ça avait été hors Coupe du monde les choses auraient été peut-être plus simples, je pense. Aujourd'hui, on est dans une situation où on doit effectivement à la fois prendre en compte cette situation et les dysfonctionnements que vous avez pu révéler.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.