Coupe du monde 2022 : Pays-Bas-Argentine, une affiche devenue légendaire en trois matchs

Les Oranje et l'Albiceleste s'affrontent, vendredi, pour la sixième fois en Coupe du monde.
Article rédigé par
Etienne Leray - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Lionel Messi au duel avec Wesley Sneijder, le 9 juillet 2014 à Sao Paulo. (JUAN MABROMATA / AFP)

Des retrouvailles très attendues. Respectivement vainqueurs des Etats-Unis (3-1) et de l'Australie (2-1) au tour précédent, les Pays-Bas et l'Argentine s'affrontent en quart de finale de la Coupe du monde 2022, vendredi 9 décembre, à 20h au stade de Lusail. 

Invaincus dans ce Mondial qatarien à défaut de briller, les Néerlandais ont dessiné leur parcours grâce à leur solidarité collective, et aux coups d'éclat de quelques individualités comme Cody Gakpo (3 buts) ou Denzel Dumfries (1 but, 2 passes décisives). De leur côté, les Argentins ont parfois été aveuglés par un plan de jeu centré sur Lionel Messi (3 buts), comme lors de leur défaite inaugurale face à l'Arabie saoudite (1-2). Même si les Oranje et l'Albiceleste ne semblent pas complètement sûrs de leurs forces, leur opposition reste prometteuse, au vu de trois de leurs cinq précédentes confrontations en Coupe du monde. 

1978 : une première étoile pour l'Albiceleste

L'Estadio Monumental de Buenos Aires, le 25 juin 1978, est le théâtre d'une finale mémorable. D'un côté l'Argentine, qui joue sous les yeux de la junte militaire au pouvoir à l'époque, et de l'autre les Pays-Bas, finalistes de l'édition 1974 perdue face à la RFA (1-2). Malgré l'absence de leur star Johan Cruyff, qui n'a pas fait le déplacement après avoir subi une tentative d'enlèvement à Barcelone, les Oranje et leur "football total" sont favoris face à l'Albiceleste, qu'ils avaient écrasée en phase de poules quatre ans plus tôt (4-0).

Portés par leur public, les Argentins déjouent les pronostics et croient l'affaire pliée après l'ouverture du score de Mario Kempes (38e). Mais c'était sans compter sur la pugnacité néerlandaise, et l'égalisation tardive de Dick Nanninga (82e), sur une passe de Willy van de Kerkhof. Mais pendant la prolongation, les hommes d'Ernst Happel sont trop courts, et ne peuvent empêcher Mario Kempes (105e) d'inscrire sa sixième réalisation de la compétition, avant de délivrer à Daniel Bertoni (115e), le but du break. Victorieuse (3-1), l'Argentine de César Luis Menotti soulève la Coupe du monde pour la première fois, aux dépens des Pays-Bas, décidément maudits en finale. 

1998 : Dennis Bergkamp sur le gong

Un but suffit parfois à faire basculer un match dans le mythe. Le 4 juillet 1998, au stade Vélodrome de Marseille, le quart de finale de Coupe du monde entre les Pays-Bas et l'Argentine, reste longtemps indécis. Claudio Lopez (17e) a immédiatement répondu au buteur néerlandais Patrick Kluivert (12e), tout comme Ariel Ortega (87e), exclu dans la foulée du carton rouge d'Arthur Numan (76e). 

Tandis que, comme en 1978, la prolongation pointe le bout de son nez, un certain Dennis Bergkamp décide de sonner la fin de la récréation, et de belle manière. À la réception d'une longue transversale de Franck de Boer, l'attaquant d'Arsenal signe un contrôle en porte-manteau avant de mystifier Roberto Ayala, et de battre Carlos Roa de l'extérieur du pied droit. Un chef d'œuvre passé à la postérité, permettant aux Pays-Bas de prendre leur revanche sur l'Argentine (2-1), et de se qualifier pour le dernier carré du Mondial en France.

2014 : Lionel Messi ne flanche pas

Ce n'est pas la première fois que les Pays-Bas croisent la route de Lionel Messi en Coupe du monde. Si la première confrontation du génie argentin avec les Oranje, lors de la phase de poules en 2006, est loin d'être mémorable (0-0), la demi-finale de 2018 est passée à la postérité. Totalement fermé à Sao Paulo, ce Pays-Bas-Argentine s'est écoulé doucement, jusqu'à une fatidique séance de tirs au but. 

Alors que Louis van Gaal avait eu le coup de génie de changer de gardien pendant le quart de finale contre le Costa Rica (0-0, 4-3 t.a.b), celui qui est de nouveau le sélectionneur des Oranje aujourd'hui ne peut plus procéder à des changements. Peut-être troublé par ce scénario, Ron Vlaar voit Sergio Romero détourner sa tentative, puis Lionel Messi fusiller Jasper Cillessen. Dans les pas de leur capitaine, les Argentins ne manquent pas leurs trois autres tentatives, au contraire de la star néerlandaise Wesley Sneijder, impuissante face à un Sergio Romero porté par la grâce. À l'arrivée, c'est donc un nouveau résultat positif pour l'Argentine contre les Pays-Bas (0-0, 2-4 t.a.b) et une première finale de Coupe du monde pour Lionel Messi. L'Argentine et la Pulga s'inclineront quatre jours plus tard face à l'Allemagne (1-0), à Rio de Janeiro. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Coupe du monde 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.