Coupe du monde 2022 : l'émir du Qatar dénonce une campagne de critiques "sans précédent" contre son pays

Tamim bin Hamad Al Thani s'est exprimé, mardi, devant l'assemblée consultative du Qatar. 

Article rédigé par
Etienne Leray - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'émir du Qatar Tamim bin Hamad Al Thani lors d'une conférence à Astana (Kazakhstan), le 13 octobre 2022. (KAZAKH PRESIDENCY / ANADOLU AGENCY via AFP)

Le Qatar monte au créneau à moins d'un mois du coup d'envoi de sa Coupe du monde (20 novembre-18 décembre). Devant l'assemblée consultative du pays gazier, l'émir Cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani a dénoncé, mardi 25 octobre, le flot de critiques à l'encontre de l'organisation du Mondial au Qatar.

"Depuis que nous avons eu l'honneur d'accueillir la Coupe du monde, le Qatar a été la cible d'une campagne sans précédent qu'aucun autre pays hôte n'a subi", a déclaré Al-Thani. "Nous avons d'abord traité la question de bonne foi, et avons même considéré certaines critiques comme positives et utiles"

Après avoir regretté cette campagne de critiques incluant "des affabulations et des doubles standards", l'émir a assuré que "l'accueil de la Coupe du monde intègre plusieurs éléments qui constituent les composantes de la crédibilité et de la capacité à exercer une influence positive, ce qui se manifeste par l'acceptation du défi et son intégration dans nos projets et plans de développement nationaux".

"En bref, c'est une occasion où nous montrons 'qui nous sommes', non seulement en termes de force de notre économie et de nos institutions, mais aussi en termes d'identité civilisationnelle" a poursuivi Cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, avant de conclure : "Enfin, poursuivons le travail, chacun à sa place, pour porter haut le nom de la nation, et ouvrons nos bras pour accueillir tout le monde afin que le monde puisse être témoin de la chaleureuse hospitalité et de la générosité des Qataris".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Coupe du monde 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.