Cet article date de plus d'un an.

Tour de France femmes 2022 : Lorena Wiebes, l'étoile du sprint première maillot jaune de la Grande Boucle

La sprinteuse néerlandaise de 23 ans a assumé son statut de favorite en remportant la première étape du Tour de France femmes au sprint, sur les Champs Elysées, dimanche.

Article rédigé par Adrien Hémard Dohain, franceinfo: sport - De notre envoyé spécial
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 2 min
Lorena Wiebes sur le podium de la 1e étape du Tour de France Femmes à Paris, le 24 juillet 2022. (JEFF PACHOUD / AFP)

On peut avoir 23 ans et s'avancer sur le Tour de France en épouvantail. Tadej Pogacar l'a prouvé chez les hommes, et Lorena Wiebes l'a imité chez les femmes sur la 1re étape du Tour de France femmes 2022, dimanche 24 juillet. Meilleure sprinteuse du peloton féminin cette saison, la Néerlandaise de la Team DSM ne se mêlera pas à la lutte pour le classement général, mais elle sera la grande favorite de chaque sprint.

La première pour Wiebes ! La Néerlandaise confirme son statut de meilleure sprinteuse du monde en gagnant sur les Champs-Elysées. Sa 16e victoire de la saison prend une saveur toute particulière puisqu'elle est assortie du premier maillot jaune de ce Tour de France Femmes.
Etape 1 (F) : Lorena Wiebes gagne sur les Champs-Elysées et endosse le maillot jaune La première pour Wiebes ! La Néerlandaise confirme son statut de meilleure sprinteuse du monde en gagnant sur les Champs-Elysées. Sa 16e victoire de la saison prend une saveur toute particulière puisqu'elle est assortie du premier maillot jaune de ce Tour de France Femmes.

Un statut conforté après avoir remporté le premier round sur les Champs-Elysées devant Marianne Vos (Jumbo-Visma) et Lotte Kopecky (SD Worx), sans trembler. Ce qui lui offre, au passage, le premier maillot jaune du Tour de France femmes nouvelle version.

Des débuts en cyclo-cross

Ce destin, il fallait avoir de l'imagination pour le deviner il y a encore quelques années. Car avant de devenir la terreur des sprints féminins, Lorena Wiebes a pris son temps. Et même déjà raccroché une fois son vélo de route. Fille d'un cycliste amateur, la Néerlandaise a - comme beaucoup de ses compatriotes - d'abord commencé par le cyclo-cross, avant de s'essayer à la route à 12 ans. Raté. Pas à l'aise dans le peloton, elle revient vite à ses premières amours. Mais à 16 ans, elle retente le pari de la route. 

Bien lui en a pris. Car l'ancienne gymnaste se découvre alors grande sprinteuse, et terrasse les courses des jeunes aux Pays-Bas. Comme elle l'a fait dimanche sur les Champs-Elysées. A la veille du départ de Paris, l'arrivée de la jeune bombe du sprint mondial avait déjà fait son effet au théâtre du Luxembourg de Meaux, samedi, où les coureuses étaient attendues pour quelques démarches protocolaires. Après un début de journée plutôt calme, la frénésie avait en effet envahi les lieux quand elle a pénétré dans le hall. En face d'elle trônait le maillot jaune, que tout le monde lui promettait à l'issue de la première étape. Sur ses ongles, Lorena Wiebes annonçait la couleur.

Une pression qui pouvait perturber cette jeune coureuse de 23 ans. Mais c'est mal connaître la Néerlandaise qui a été numéro un mondiale à seulement dix-neuf ans. En témoigne son palmarès déjà bien fourni avec désormais 52 victoires depuis ses débuts professionnels, dont le titre de championne nationale des Pays-Bas en 2019, le Grand Prix de l'Escaut (2021, 2022) ou la RideLondon Classique (2022). 

Sur les Champs-Elysées, Wiebes n'a laissé aucune chance à deux cadors du peloton féminin : la légende Marianne Vos (Jumbo-Visma) et Lotte Kopecky (SD Worx), référence belge du sprint. La Néerlandaise signe ainsi sa 16e victoire de la saison, sans doute la plus belle de sa carrière, avant de peut-être remettre cela lundi à Provins. "Les filles ont fait un travail incroyable", a salué Wiebes à l'arrivée. Grâce aux bonifications, elle devient la première maillot jaune du Tour de France femmes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.