Tour de France 2023 : un peu de répit pour le peloton avec le retour en grâce des sprinteurs ? La 18e étape en questions

Au lendemain d'une éreintante 17e étape, la route du Tour reprend une respiration, jeudi, entre Moûtiers et Bourg-en-Bresse.
Article rédigé par franceinfo: sport, Julien Faure
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Phil Bahaus et Jasper Philipsen lors de l'arrivée de la 11e étape du Tour de France, à Moulins, le 12 juillet 2023. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Au bon souvenir des sprinteurs. Après sept étapes consécutives les mettant au supplice, en montagne ou sur des routes escarpées, les coureurs les plus rapides du peloton reprennent vie au cours de la 18e étape du Tour de France, jeudi 20 juillet, entre Moûtiers et Bourg-en-Bresse. À quatre jours de l'arrivée sur les Champs-Elysées, c'est l'heure de la répétition générale.  

Quel est le profil ?

Finies les longues et difficiles ascensions, retour à un profil plus plat jeudi. Avec 184,9 kilomètres à parcourir entre Moûtiers et Bourg-en-Bresse, seules deux petites difficultés sont à répertorier. La côte de Chambéry-le-Haut (1,6 km à 4,1 %) au kilomètre 62 et la côte de Boissieu (2,4 km à 4,7 %) au kilomètre 105.

Les sprinteurs pourront se dégourdir les jambes et profiter d'un galop d'essai au kilomètre 132, avec un sprint intermédiaire à disputer, à Saint-Rambert-en-Bugey. Une étape assez tranquille sur le papier pour opérer la jonction entre les Alpes et les Vosges. L'arrivée à Bourg-en-Bresse proposant un final peu tortueux, la nervosité ne devrait pas polluer les derniers kilomètres.

Le profil de la 18e étape du Tour de France 2023, entre Moûtiers et Bourg-en-Bresse (184,9km). (ASO)

Qui sont les favoris ?

Jasper Philipsen évidemment ! Au-dessus de la mêlée depuis le début du Tour et déjà vainqueur de quatre arrivées massives sur cinq, le Belge de l'équipe Alpecin-Deceuninck ne semble pas avoir d'adversaire à sa hauteur cette année. Qu'il soit amené par son train ou non, le porteur du maillot vert du classement à points impressionne depuis le départ de Bilbao. Plus à l'aise que beaucoup de sprinteurs en montagne, il y aura certainement laissé moins de plumes que d'autres.

Seul homme à avoir battu l'ogre du sprint lors de cette édition de la Grande Boucle, Mads Pedersen (Lidl-Trek), a peut-être laissé de l'énergie lors du contre-la-montre, qu'il a disputé pleinement en terminant à la 9e place. De plus, sans faux plat montant à l'approche de la ligne, difficile de l'imaginer battre Jasper Philipsen à la régulière.

Chez les autres sprinteurs, Caleb Ewan, Mark Cavendish, Phil Bauhaus ou encore Fabio Jakobsen ne sont plus là après leur abandon. Reste encore Dylan Groenewegen (Team Jayco Alula) ou encore Bryan Coquard (Cofidis), parmi les plus réguliers sur l'ensemble des arrivées groupées. Biniam Girmay (Intermarché-Circus-Wanty), Alexander Kristoff (Uno-X Pro Cycling Team), Peter Sagan (TotalEnergies) ou peut-être même Wout van Aert (Jumbo-Visma), ont aussi leur mot à dire.

Quels sont les horaires ?

13h00 : début de la retransmission sur France 3 et france.tv
13h05 : départ fictif depuis Moûtiers
13h35 : départ réel (bascule sur France 2 à 15h00)
17h31 : arrivée prévue (à une moyenne de 47 km/h) à Bourg-en-Bresse

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.