Tour de France 2023 : le Français Victor Lafay surprend tous les favoris et remporte la deuxième étape à Saint-Sébastien

Le coureur de l'équipe Cofidis s'est envolé dans le dernier kilomètre pour s'octroyer la première victoire de sa carrière sur la Grande Boucle, dimanche, à Saint-Sébastien.
Article rédigé par Robin Joanchicoy, franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Victor Lafay (Cofidis) lors de la deuxième étape du Tour de France, le 2 juillet 2023. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Il n'aura fallu attendre que deux jours pour voir un Français lever les bras sur le Tour de France 2023. Comme la veille sur les routes de Bilbao, les leaders ont joué la victoire, mais Victor Lafay a surgi pour coiffer tous ses concurrents à Saint-Sébastien, dimanche 2 juillet. Le coureur de l'équipe Cofidis a été récompensé après avoir fait le coup du kilomètre, surprenant son monde juste avant que le sprint soit lancé.

Au terme d'un dernier kilomètre exceptionnel, Victor Lafay a piégé les favoris pour remporter la 2e étape du Tour France. Le coureur français de la formation Cofidis s'impose devant Wout Van Aert et Tadej Pogacar.
Etape 2 : Victor Lafay surprend tout le monde et remporte l'étape Au terme d'un dernier kilomètre exceptionnel, Victor Lafay a piégé les favoris pour remporter la 2e étape du Tour France. Le coureur français de la formation Cofidis s'impose devant Wout Van Aert et Tadej Pogacar.

"Frustré à l'arrivée" de la première étape, sixième après avoir été le seul à tenir tête à Tadej Pogacar et Jonas Vingegaard, Victor Lafay a cette fois trouvé la faille pour décrocher la première victoire de sa carrière sur le Tour de France. "Je surveillais mon compteur, 500 mètres, 400 mètres, ça défilait, je voyais que le tempo ralentissait. Je me suis dit 'allez remonte', raconte le coureur à son arrivée, tout sourire, au micro de France 2. J’y ai cru jusqu’au bout, c’est un truc de fou, c’est énorme."

La délivrance pour Cofidis

La folie s'est aussi emparée des rangs de la formation Cofidis, victorieuse pour la première fois depuis 15 ans sur le Tour et le succès de Sylvain Chavanel, le 25 juillet 2008. Un succès de prestige, devant tous les favoris, qui permet à Victor Lafay de trôner à une inattendue 4e place au général.

Vainqueur de la première étape, Adam Yates (UAE) a assuré l'essentiel en conservant son maillot jaune de leader, tandis que son coéquipier Tadej Pogacar a, une nouvelle fois, terminé à la troisième position, juste derrière Wout van Aert (Jumbo-Visma). Le Slovène n'a pas gagné mais il a fait le plein de secondes de bonifications, en prenant 12 secondes sur cette étape (4 au sprint final et 8 au sommet de la montée de Jaizkibel). Une bonne opération qui lui permet de compter 11 secondes d'avance sur son principal adversaire, Jonas Vingegaard (Jumbo-Visma).

Vainqueur de la 2e étape du Tour de France, Victor Lafay réagit à sa victoire. Le coureur français de l'équipe Cofidis admet avoir profité du faux rythme dans les derniers mètres de la course pour piéger les favoris et effacer la frustration de la veille.
Etape 2 - Victor Lafay : "C'est un truc de malade" Vainqueur de la 2e étape du Tour de France, Victor Lafay réagit à sa victoire. Le coureur français de l'équipe Cofidis admet avoir profité du faux rythme dans les derniers mètres de la course pour piéger les favoris et effacer la frustration de la veille.

Les Français David Gaudu (Groupama-FDJ) et Romain Bardet (DSM) ont eux aussi terminé l'étape avec le groupe de tête pour rester dans les clous au général, respectivement placés aux 12e et 15e rangs.

L'ascension du Jaizkibel fatale aux autres têtes d'affiche tricolores

Après un début de course animé par l’échappée et surtout par Neilson Powless, qui a consolidé son maillot à pois de meilleur grimpeur, la montée de Jaizkibel, emblème du cyclisme basque, est venue dynamiter la course. Apparue pour la dernière fois sur le Tour en 1992, l’ascension de 8,2 km (à 5,3%) a été utilisée par la formation UAE pour procéder à un écrémage. Certains coureurs tricolores n’ont pas tenu la cadence, dont Thibaut Pinot (Groupama-FDJ), quatrième à Bilbao, Valentin Madouas (Groupama-FDJ), Guillaume Martin (Cofidis) ou encore Julian Alaphilippe (Soudal Quick-Step), tous les trois dépassés par l’allure de leurs concurrents.

Dans le même temps, Tadej Pogacar (UAE) et Jonas Vingegaard (Jumbo-Visma), les deux derniers vainqueurs de la Grande Boucle, se sont testés au sommet du Jaizkibel, le premier battant l'autre au sprint. Le duel entre les deux hommes s’est poursuivi dans la descente, mais le Danois, refusant de prendre le relais de son adversaire, a contraint le leader de la formation UAE à stopper son effort.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.