Tour de France femmes 2023 : l'Allemande Liane Lippert remporte la 2e étape, après un final chaotique sous la pluie

Deuxième à Mauriac, Lotte Kopecky conserve, elle, le maillot jaune, à l'issue d'une étape émaillée par plusieurs chutes.
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Liane Lippert remporte la 2e étape du Tour de France Femmes 2023, à Mauriac, le 24 juillet. (JEFF PACHOUD / AFP)

De la pluie, des chutes et une explication finale entre cadors : la 2e étape du Tour de France femmes 2023 a eu droit à un final spectaculaire, lundi 24 juillet, entre Clermont-Ferrand et Mauriac. Sous une pluie battante, qui a provoqué une cascade de chutes sur un bitume détrempé, c'est Liane Lippert (Movistar) qui a coupé la ligne en première, au bout d'un sprint en petit comité. La championne d'Allemagne a devancé Lotte Kopecky (SD Worx), qui conserve son maillot jaune, et Sylvia Persico (UAE Team ADQ).

Avec un finish à rebondissements, où les chutes non pas manquées, l'Allemande Liane Lippert s'impose sur le sprint final devant la Belge Lotte Kopecky dans cette deuxième étape du Tour de France Femmes 2023.
Etape 2 (F) : Liane Lippert l'emporte à Mauriac Avec un finish à rebondissements, où les chutes non pas manquées, l'Allemande Liane Lippert s'impose sur le sprint final devant la Belge Lotte Kopecky dans cette deuxième étape du Tour de France Femmes 2023.

Partie au sol deux fois dans la journée, comme beaucoup de coureuses, Liane Lippert a profité du gros travail de sa coéquipière, Marlen Reusser, qui a causé une cassure dans l'ultime bosse à quelques centaines de mètres de la ligne. Il ne restait ainsi plus que 4 coureuses autour de la championne d'Allemagne, qui s'est révélée la plus fraîche après un final haletant et tendu sous la pluie. Il a fallu pourtant attendre longtemps pour voir la course se décanter alors que le tracé accidenté promettait une belle bataille.

Une pluie de chutes

"C'était assez frustrant, on s'était préparées à un chrono de quatre heures. Mais, au début ça attaquait, ça se reposait, ça attaquait, ça se reposait...", a regretté la Française Cédrine Kerbaol (Ceratizit-WNT). "En fin de course, là, ce n'était plus le même délire, ça ressemblait plus à Liège-Bastogne-Liège, la pluie n'a rien arrangé. C'était technique et glissant", a soufflé la Bretonne, porteuse du maillot blanc, qui est passée à l'attaque dans cette fin de course chaotique, en pleine averse.

La Française Cedrine Kerbaol s'exprime sur la course du jour où les prévisions n'étaient pas bonnes finalement. Une étape qui a fini sur les chapeaux de roues avec beaucoup de technique surtout à cause de la pluie.
Etape 2 (F) - Cedrine Kerbaol : " Personne ne s'attendait à une course comme ça" La Française Cedrine Kerbaol s'exprime sur la course du jour où les prévisions n'étaient pas bonnes finalement. Une étape qui a fini sur les chapeaux de roues avec beaucoup de technique surtout à cause de la pluie.

À la peine dimanche, la Française Juliette Labous (Team DSM) a elle aussi tenté sa chance dans ce qu'il restait du peloton à l'approche de l'arrivée. Aux côtés des autres favorites, toutes présentes dans ce groupe, la Franc-Comtoise n'a pas réussi à creuser l'écart mais a rassuré sur sa forme, après avoir perdu 43 secondes sur la 1ere étape.

"La dernière descente, tout le monde voulait se placer. Il y avait beaucoup de chutes et de tension", a ajouté Evita Muzic (FDJ-Suez), également présente dans ce groupe. Parmi les nombreuses chutes de la journée, celle de la Néerlandaise Eva Van Agt (Jumbo-Visma) a été particulièrement impressionnante, la coureuse terminant au sol sous les rails de sécurité alors qu'elle faisait partie d'un groupe de trois échappées. La coéquipière de Marianne Vos a été secourue par les équipes médicales du Tour de France, avant d'être transportée à la hôpital. "Eva est consciente. Elle va faire l'objet de nouveaux examens", a communiqué son équipe sur les réseaux sociaux. Plus tard, le Tour de France a rapporté que la coureuse souffrait d'une commotion cérébrale.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.