Cet article date de plus de quatre ans.

Ligue mondiale: La France de retour au Brésil

Les volleyeurs français prennent part au Final 6 de la Ligue mondiale, à Curitiba, au Brésil. Dans ce pays où la belle aventure a commencé, voici deux ans, avec la victoire dans cette même compétition avec notamment un succès sur le Brésil dans le Maracanazinho. C'est aussi dans ce pays que le rêve olympique s'est arrêté, encore face aux Brésil, lors des JO-2016.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Les larmes d'Antonin Rouzier, la frustration d'Earvin Ngapeth. Au Maracanazinho, en ce 15 août, la France vient d'être éliminée dans le dernier match de poule des Jeux Olympiques 2016. Un revers (3-1), dans une ambiance incroyable face à des Brésiliens qui ont gagné leur billet pour les quarts de finale par la même occasion, sur le chemin de son sacre.

Une nouvelle vague bleue

"Notre rêve à tous serait de faire une finale France-Brésil. Devant 40.000 personnes, ça pourrait être inoubliable, d'autant qu'ils ont gagné les Jeux l'année dernière. Ce serait une belle revanche", déclare le libéro Jenia Grebennikov. Avec une équipe remodelée (Rouzier en retraite, Kevin Tillie blessé), la France veut gravir une montagne. Abattue après les JO, elle a franchi le premier obstacle, en remportant le tournoi de qualification au Mondial-2018 à Lyon, sans perdre une manche. "On s'est enlevé un poids énorme en gagnant ce ticket", souligne le passeur Benjamin Toniutti. Les Bleus ont enchaîné avec la première phase de la Ligue mondiale avec le même succès: huit victoires en neuf matchs, et pas contre n'importe qui. L'Italie, la Russie, les Etats-Unis ou encore l'Argentine ont été dominés. Au bout du compte, une troisième qualification consécutive pour le Final Six, du jamais vu pour le volley français. Avec Earvin Ngapeth de retour après une blessure abdominale, et deux jeunes pousses en verve (Trévor Clévenot 24 ans, Stephen Boyer 21 ans): "Honnêtement, ils m'ont impressionné par leur niveau de jeu et par leur constance", reconnaît le central Nicolas Le Goff, qui fait figure d'ancien à 25 ans.

Vainqueur en 2015, troisième en 2016, l'équipe de France doit terminer dans les deux premiers pour voir les demi-finales, et rêve d'un troisième podium consécutif en Ligue mondiale.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Volley

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.