Cet article date de plus de cinq ans.

Earvin Ngapeth condamné à trois mois avec sursis pour l'agression d'un contrôleur

La star du volley tricolore Earvin Ngapeth a été condamnée ce lundi à trois mois de prison avec sursis pour avoir frappé un contrôleur de la SNCF en juillet dernier. Le volleyeur, tout juste rentré du Brésil, où il avait été sacré deux jours plus tôt meilleur joueur de la Ligue mondiale, le premier tournoi international remporté par la France, a également été condamné à 3.000 euros d'amende. Il a en revanche été relaxé du délit d'entrave à la mise en marche du train.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : < 1 min.

"L'essentiel pour moi est qu'il ait été jugé comme un citoyen lambda qui se permettrait d'agresser un contrôleur", a réagi François-Régis Calandeau, l'avocat de la SNCF et du contrôleur, qui s'est dit "satisfait" de la décision.

La décision "excessive, même en prenant en compte le tapage médiatique", n'est "pas conforme à la réalité du dossier", a déploré Me Hugues Bouget, le conseil du volleyeur, qui compte "vraisemblablement continuer" la procédure "afin de permettre la manifestation de la vérité en appel".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Volley

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.