Cet article date de plus de quatre ans.

Vendée Globe : Thomas Ruyant est "triste de terminer la course de cette façon"

Victime d'une grosse avarie dimanche, Thomas Ruyant a dû abandonner le Vendée Globe 2016 alors qu'il se trouvait en 8e position. Mardi sur franceinfo, le skipper français a partagé sa déception.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Thomas Ruyant, deux mois avant son départ pour le Vendée Globe 2016, le 5 septembre 2016 à Dunkerque.  (MARC DEMEURE / MAXPPP)

Le skipper Thomas Ruyant a dû renoncer dimanche au Vendée Globe alors qu'il était en huitième position de la course, après une grosse avarie en mer de Tasmanie. Sur son monocoque Le Souffle du Nord, il a réussi à rallier le petit port de Bluff (Nouvelle Zélande) dans la soirée du mardi 20 décembre.

"Là, c'est un peu compliqué dans ma tête", a confié à son arrivée le navigateur de 35 ans à franceinfo. "Je suis triste de terminer mon Vendée Globe de cette façon". Le skipper se console avec les nombreux messages de soutien reçu depuis son avarie. "Beaucoup de personnes m'ont dit 'Thomas t'as fait une belle course, c'est génial, t'es un super marin'. Mais bon, je suis tellement déçu de ne pas revenir avec ce bateau-là aux Sables d'Olonne, de ne pas finir ce tour du monde. Tout ça s'arrête aujourd'hui."

La satisfaction d'être allé au bout de ses forces

"D'un autre côté, je suis extrêmement heureux d'avoir réussi à ramener mon bateau et à être là avec lui, parce que ça n'a pas été facile les dernières heures, a partagé Thomas Ruyant. Durant la fin de sa course, épuisé, il a pensé "plusieurs fois" a pressé le bouton de la balise pour être secouru, car il n'arrivait "plus à faire route".

C'est finalement un sentiment de satisfaction que ressent le Français. "Je suis content d'arriver dans un port avec mon navire, et de ne pas rentrer en hélico, ça aurait été vraiment trop triste".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vendée Globe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.