Cet article date de plus de quatre ans.

Le point Vendée Globe : Riou revient sur Le Cléac’h

Les mers du Sud sont favorables à des vitesses fortes, ce qui fait le jeu de Vincent Riou et du Britannique Alex Thomson, lancés à la poursuite d’Armel Le Cléac’h, qui était pourtant solidement installé en tête au dernier pointage jeudi soir.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Armel Le Cléac'h mène toujours la flotte (DAMIEN MEYER / AFP)

Depuis le passage des bateaux au large de Madère, ce Vendée Globe est en train de prendre une tournure supersonique, tant la vitesse des premiers est impressionnante. Pas moins de 400 milles ont été parcourus par les sept premiers bateaux en ces dernières 24 heures, grâce aux alizés canariens plutôt favorable à l’accélération du tempo de la course. Néanmoins, les leaders de l’épreuve devraient voir leur course perturbée cet après-midi par une zone orageuse, qui pourrait interrompre cette chevauchée folle vers l’autre hémisphère.

A l’avant, Vincent Riou (PRB) est revenu sur Armel Le Cléac’h (Banque Populaire VIII). Le premier cité a même pris la tête de la flotte pendant quelques heures cette nuit, mais Le Cléac’h a repris son bien ce matin, et compte désormais 3,15 milles d’avance. Jérémie Beyou (Maître Coq), Sébastien Josse (Edmond de Rothschild) et Paul Meilhat (SMA) se font quant à eux toujours la guerre en ce jour d’armistice, sur leurs monocoques.

Les sept premiers de la course se tiennent tous en 55 milles, de quoi rendre la course pleine de suspens pour au moins quelques jours encore. Derrière, cinq bateaux se retrouvent à plus de 100 milles de la tête de course. Ce groupe mené par Yann Eliès (Queguiner – Leucémie Espoir) est bien entendu pénalisé par les alizés canariens, qui poussent en ce moment même les premiers. Un troisième groupe, notamment composé de Bertrand De Brosc (MASCF), se retrouve quant à lui à 300 milles d’Armel Le Cléac’h…

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vendée Globe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.