Vendée Globe : le maire des Sables-d'Olonne veut du public à l'arrivée pour "un peu d'humanité et de chaleur"

La préfecture de Vendée exige que l'arrivée des skippers mercredi se déroule à huis clos, sans accueil du public. Yannick Moreau a écrit à Emmanuel Macron pour autoriser au moins "une haie d'honneur sur les quatre kilomètres du chenal des Sables-d'Olonne".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le ponton du Vendée Globe après le reconfinement, dix jours avant le départ de l'édition 2020, le 29 octobre 2020. (PHILIPPE REY-GOREZ / FRANCE-BLEU LOIRE OCÉAN)

Il n'y aura pas de foule pour accueillir les skippers du Vendée Globe à leur arrivée aux Sables-d'Olonne, mercredi 27 janvier. L'évènement aura lieu à huis clos en raison de l'épidémie de Covid-19, a annoncé la préfecture de Vendée, vendredi. "C'est une triste décision car le Vendée Globe n'est pas une épreuve sportive ordinaire ce n'est pas simplement un dossier administratif sanitaire supplémentaire", déplore dimanche sur franceinfo Yannick Moreau, maire des Sables-d’Olonne. L'élu a adressé une lettre à Emmanuel Macron pour autoriser "une haie d'honneur sur les quatre kilomètres du chenal des Sables-d'Olonne" pour offrir aux marins "un accueil humain et chaleureux". 

franceinfo : Personne ne sera autorisé à être sur le quai à l'arrivée du Vendée Globe, c'est une décision du gouvernement qui vous attriste ?

Yannick Moreau : C'est la position du préfet de la Vendée et donc de l'État. C'est une triste décision car le Vendée Globe n'est pas une épreuve sportive ordinaire, ce n'est pas simplement un dossier administratif sanitaire supplémentaire. C'est une aventure extraordinaire qui fait voyager et rêver des millions de personnes à travers le monde. Il y a la grandeur de cette aventure. Il y a l'héroïsme de Jean Le Cam qui sauve Kevin Escoffier fin novembre. La France ne peut pas répondre par le silence des quais fermés au public.

Vous ne comprenez pas que des mesures sanitaires très strictes doivent être adoptées cette année ?

Je suis le premier demandeur de mesures strictes. Je ne demande pas une dérogation pour avoir la foule. Je suis un maire et un élu responsable.

"Je demande simplement un peu d'humanité et de chaleur pour que la présence humaine à l'arrivée de ces héros des mers ne se limite pas aux CRS qui seront là pour interdire l'accès au public."

Yannick Moreau

à franceinfo

On pourrait très bien autoriser une haie d'honneur sur les 4 kilomètres de chenal des Sables-d'Olonne. On pourrait avoir les habitants du quartier, les bénévoles qui ont permis l'organisation du Vendée Globe, les enfants des écoles sablaises. Ils pourraient donner un mot de bienvenue, une acclamation aux skippers qui reviennent de 80 jours autour du monde.

Cette mesure vous a été totalement refusée par la préfecture ?

Pour le moment, c'est le huis clos strict. Et comme c'est une position qui n'est pas raisonnable sur le plan sanitaire, car on peut avoir beaucoup d'écart [entre le public] sur les longs kilomètres de linéaire de chenal, je pense que cette position est révisable. Après avoir lancé cette balise à la mer, je ne désespère pas que le gouvernement et le président de la République se saisissent de cette question et trouvent un compromis acceptable sur le plan sanitaire. Vous savez, si on se met à deux ou trois mètres les uns des autres le long des quatre kilomètres du chenal des Sables d'Olonne, avec un masque, on peut très bien avoir un accueil humain et chaleureux. Je ne peux pas me résoudre au silence et à la froideur sanitaire aux Sables-d'Olonne mercredi prochain.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.