Cet article date de plus de quatre ans.

Brest Atlantiques: Coville et Nélias abandonnent sur Sodebo Ultim 3

En escale depuis jeudi au Cap, le duo Thomas Coville-Jean-Luc Nélias, à bord de Sodebo Ultim 3, a annoncé qu'il ne reprendrait pas la mer, lors de cette première édition de la Brest Atlantiques. Victime d'un choc violent avec un objet flottant non-identifié, le navire avait vu son safran se casser, et ce dernier avait fini par endommager l'arrière d'un flotteur qui a fini par céder. "En investiguant plus profondément, on a découvert que le foil tribord avait aussi été impacté. Cela nous empêche de continuer en toute sécurité", a explique Thomas Coville dans un communiqué.
Article rédigé par Thierry Tazé-Bernard
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 1 min
 

Ils ont occupé la tête de la course. Mais la belle aventure s'est arrêtée au Cap, à regret. "Nous allons ramener le bateau en équipage pour des raisons de sécurité et pour que le programme continue. On est en train de construire quelque chose de grand avec ces bateaux et ce n’est que le début. " C'est ainsi que Thomas Coville, l'un des deux skippers de Sodebo Ultim 3, a expliqué ce qui l'attendant désormais. L'équipage avait fait escale en Afrique du Sud pour réparer les avaries dont le navire avait été victime en entrant dans les Quarantièmes Rugissants. Une casse de safran tribord, un flotteur abîmé par ce safran avant de céder à son tour, et en arrivant en Afrique du Sud, la liste s'est allongée.

"Avant de reprendre la longue remontée pour terminer 'Brest Atlantiques', on voulait s’assurer que le bateau était intègre", explique Thomas Coville dans un communiqué. En investiguant plus profondément, on a découvert que le foil tribord avait aussi été impacté. Cela nous empêche de continuer en toute sécurité, dans les performances dignes de « Brest Atlantiques » et de ce que nous avions fait jusqu’à présent." Après 17 jours de course, le Maxi Edmond de Rotschild mène la course devant MACIF et Actual Leader.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.