Cet article date de plus d'un an.

Une attaque conquérante, une défense inquiétante, l'Olympique Lyonnais en clair obscur

Pour son cinquième match de préparation depuis la reprise, l'Olympique Lyonnais a enchaîné une nouvelle victoire quelques jours après celle contre le Celtic Glasgow. Dominateurs dans le jeu, les hommes de Rudi Garcia ont affiché un beau visage offensivement, gâché par une défense qui reste inquiétante. Une victoire (3-2) qui soulèvent quelques questions alors que Lyon va rentrer dans une période décisive.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
 (JASPER JACOBS / BELGA MAG)

La préparation estivale de l'Olympique Lyonnais s'est poursuivie ce soir à la Ghelamco Arena de Gent. Et l'Olympique Lyonnais s'est montré à la hauteur des attentes. Débutant par une large victoire 12-0 contre Port Valais (D6 Suisse), les hommes de Rudi Garcia ont ensuite dominé l'OGC Nice (1-0). S'inclinant contre les Glasgow Rangers (2-0), ils s'étaient ensuite bien rattrapés face au Celtic (2-1). Sur la pelouse belge, les Lyonnais ont montré qu'ils étaient capables du meilleur comme du pire. 

Une attaque toujours aussi intéréssante 

Positionné dans un 3-4-3 avec Karl Toko Ekambi en pointe, l'Olympique Lyonnais a de suite maîtrisé son sujet. Avec le retour de Jeff Reine Adélaide après plusieurs mois d'absence, le jeu rhodanien s'est avéré plus qu'intéréssant. Le trio offensif, avec Bertrand Traoré comme troisième homme, a été au rendez vous et a multiplié les offensives sur le but belge. C'est fort logiquement que l'OL a ouvert le score peu après la vingtième minute de jeu. Caqueret récupère parfaitement le ballon dans les pieds d'Owusu, l'ancien lyonnais. Reine-Adélaïde héritait ensuite du ballon et décalait Toko Ekambi sur la gauche de la surface. Il rentrait sur son pied droit et trompait Kaminski. Les Gones étaient lancés. 

Sans son maître à jouer Memphis Depay , sur le banc au coup d'envoi, les Lyonnais ont montré de quoi ils étaient capables. Surtout leur capacité de réaction a été plus que positive puisque après l'égalisation de la Gantoise sur penalty, ils ne sont pas laissés abattre et sont tout de suite revenus dans la partie. Grâce à une nouvelle passe décisive de Reine-Adélaïde, Traoré permettait aux siens de reprendre l'avantage juste avant la mi-temps. À la pause les trois hommes offensifs avaient été décisifs, preuve d'une belle entente entre eux.

Et en plus il y a aussi du talent sur le banc de touche. Au retour des vestiaires, tout juste entré en jeu, Ryan Cherki délivrait un amour de ballon vers la gauche de la surface. Melvin Bard contrôlait et délivrait une lourde frappe dans la lucarne droite de Thomas Kaminski. Les Gones prennaient le large. Dans une seconde période beaucoup plus calme, Lyon a contrôlé le tempo mais a peiné à rentrer dans les derniers mètres des Gantois. Les nombreux changements opérés par Rudi Garcia y sont certainement pour quelque chose. 

Une défense qui reste inquiétante 

Mais alors que le potentiel offensif de l'Olympique Lyonnais s'est distingué en Belgique ce soir, on ne peut en dire autant d'une défense rhodanienne qui interpelle. Par deux fois l'arrière garde lyonnaise s'est mise en danger toute seul en concédant deux pénalties certes sans conséquence sur le résultat final, mais qui démontrent une certaine fébrilité derrière qui ne date pas d'hier. 

En première mi-temps, c'est Joachim Andersen qui commettait une faute aussi bête qu'inutile. Sur un corner frappé par Kums, le ballon revenait sur Plastun au second poteau. Il protègeait bien son ballon et Andersen, juste derrière, venait toucher la jambe du joueur adverse. Le Danois de 24 ans restait sur ses bases délicates de la saison et n'arrivait toujours pas à rassurer. Enfin dans le dernier quart d'heure de la rencontre, c'est le jeune Maxence Caqueret, auteur pourtant d'une belle prestation, qui a mis son équipe dans le doute. Il crochetait Kums dans sa propre surface et permettait à La Gantoise de pousser dans les derniers instants. 

Lyon a gagné son quatrième sur les cinq de préparation et engrange de la confiance qui fait du bien pour les hommes de Rudi Garcia. Mais alors que les échéances importantes telles que la finale de la Coupe de la Ligue face au Paris Saint Germain et leur huitième de finale retour de Ligue des champions contre la Juventus se rapprochent, il faudra resserrer une défense qui reste perméable et inconstante. Sinon Kylian Mbappé, Neymar ou encore Cristiano Ronaldo pourraient faire grand mal à Lyon et doucher tous leurs espoirs de la fin de saison. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.