Tour de France : Julian Alaphilippe se dit "plutôt relax" avant le départ à Nice

Il avait enflammé l'édition 2019 du Tour de France en enchaînant 14 jours avec le maillot jaune. Le Français espère retrouver ses sensations pour confirmer. Et pourquoi pas dès l'étape de dimanche, dans l'arrière-pays niçois.

Article rédigé par
Fanny Lechevestrier - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Julian Alaphilippe (Team Deceuninck) à Nice, le 27 août 2020, avant le départ du Tour de France 2020. (MARCO BERTORELLO / AFP)

Avec Thibaut Pinot, il avait touché l’an dernier le cœur des Français et des amateurs de vélo en passant pas moins de 14 jours en jaune. Un an plus tard, Julian Alaphilippe est de retour sur le Tour de France, peut-être moins fringuant mais toujours avec l’étiquette de chouchou des Français.

A Nice, pour le grand départ du Tour de France 2020, on n’entendra pas l’euphorie qui entourait chaque matin d’étape, l’an passé, le bus de l’équipe Deuceninck, et les chants à la gloire de "Loulou", le surnom d'Alaphilippe.

Le coronavirus est passé par là, empêchant le public d’aller à la rencontre de ses champions. En revanche, le virus n’a pas tué la ferveur qui entoure le petit gars de Montluçon. "Pour nous, c'est le futur vainqueur du Tour de France, nous dit un fan. J'aime son panache et son style. Il est tenace, il ne calcule pas." "C'est un mec qui fait vivre les courses" glisse un autre.

Quatorze jours en jaune, cela marque aussi vos adversaires. D’ailleurs, Thibaut Pinot, l’autre figure marquante du Tour 2019, ne serait pas surpris de voir Julian Alaphilippe rapidement s’emparer du maillot jaune. "Julian, vu ce qu'il a montré sur Milan-San Remo [il a terminé 2e], sera comme l'an dernier fort dans le Tour. Je le vois prendre le maillot dès la première semaine. Après, on le lâchera pas !"

"J'aurai à cœur de voir si les jambes sont là"

Prendre le maillot jaune ? Pourquoi pas dès dimanche, après les ascensions de La Colmiane et du Turini, dans la deuxième étape, répond Julian Alaphilippe, un peu vexé aussi quand on lui fait remarquer que cette année, il n’a pas encore décroché la moindre victoire. "Il n'y a pas beaucoup de coureurs qui ont levé les bras au départ de ce Tour. Mais je suis plutôt relax, ici à Nice, avec l'envie de bien faire. La forme, ça va de mieux en mieux. Dimanche, ça va être difficile mais j'aurai à cœur de voir où j'en suis, si les jambes sont là. La parcours va s'y prêter."

Une victoire lui permettrait peut-être aussi de ne plus avoir à se justifier d’occuper désormais aussi les pages people des magazines pour son histoire avec la consultante de France Télévision Marion Rousse. "Je ne sais pas si j'ai changé, mais je suis peut-être dans un état d'esprit différent. Avec toujours la motivation pour courir et décrocher la victoire, mais pour le reste..." Rendez-vous est pris donc pour ce week-end avec peut-être, dès dimanche, le premier acte d’un nouveau festival tricolore.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.