Cet article date de plus de huit ans.

Tour de France, 13e étape : le Tour poursuit son rythme infernal vers les Alpes

Le duel des sprinteurs va sans doute connaître un nouvel épisode vendredi avec cette treizième étape entre Tours et Saint-Amand-Montrond. 173 kilomètres qui devraient s'achever - comme la veille - par un sprint. Et qui rapprochent un peu plus le peloton des premiers cols alpins.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Eric Gaillard Reuters)

Le Tour
continue sa route vers les Alpes, et les prétendants au maillot vert poursuivent
le duel qu'ils se livrent depuis le départ de la Grande Boucle. Jeudi, c'est l'Allemand Marcel Kittel (Argos-Shimano) qui s'est imposé à Tours, remportant ainsi sa
troisième étape sur cette 100e édition de la Grande Boucle.

Il a devancé Mark Cavendish (Omega Pharma-Quick Step) et Peter Sagan (Cannondale), qui plafonnent à une victoire depuis le départ de Bastia. Mais l'arrivée à Saint-Amand-Montrond devrait leur offrir une nouvelle occasion de s'expliquer.

Deux dangers : le vent et les chutes

Le parcours du jour ne sera cependant pas sans dangers, avec
un vent toujours difficile à appréhender sur ces parcours plats, et des risques
de chutes importants.

L'étape de jeudi l'a prouvé, avec la
trentaine de coureurs qui s'est retrouvée à terre trois kilomètres avant la
ligne d'arrivée. Le Britannique Christopher Froome (Sky), toujours maillot jaune, a d'ailleurs
perdu un équipier dans cette mésaventure : le Norvégien Edvald Boasson
Hagen a dû quitter le Tour suite à une
double fracture de l'humérus et de l'omoplate droit. Un abandon qui pourrait peser
lourd dans les Alpes, même si le maillot jaune dispose toujours d'une avance
confortable sur ses poursuivants directs.

Seule difficulté : une côte de quatrième catégorie

Avec ses 173 kilomètres et une côte de quatrième catégorie comme
unique difficulté, cette nouvelle étape de transition devrait donc s'achever par un coude-à-coude entre sprinteurs.

Ce type de parcours ne devrait cependant pas empêcher quelques intrépides de tenter leur chance avec une échappée, même si ce type d'initiative
n'a pas encore été couronnée de succès sur la Grande Boucle en 2013.

Mais que les
baroudeurs prennent leur mal en patience : le parcours de samedi, entre
Saint-Pourçain-sur-Sioule et Lyon
, pourrait leur être plus favorable.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tour de France 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.