Tour d'Italie : Remco Evenepoel, le retour d'un phénomène freiné en pleine ascension

Le prodige belge de 21 ans s'était fracturé le bassin lors d'une chute à l'occasion du Tour de Lombardie, l'écartant neuf mois des routes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Remco Evenepoel sera l'un des principaux favoris du Tour d'Italie, qui doit s'élancer ce samedi 8 mai à Turin. (MARCO BERTORELLO / AFP)

Un retour très attendu. Remco Evenepoel, phénomène de précocité, va s'aligner au départ du Tour d'Italie qui débute samedi 8 mai à Turin, près de neuf mois après sa terrible chute et sa grave blessure lors du Tour de Lombardie, le 15 août 2020. Après avoir connu un début de carrière professionnelle tonitruant et rempli de succès, le jeune Belge de 21 ans va enfin retrouver le peloton et pour reprendre le cours de sa carrière, à l'occasion de sa première participation à un grand tour. Retour sur unne ascension fulgurante.

Une première saison pro exceptionnelle

Après avoir délaissé ses crampons et les terrains de foot pour se tourner vers le vélo en avril 2017, Remco Evenepoel, alors âgé de 17 ans, a gagné à peu près tout ce qu’il a pu chez les juniors en à peine un an et demi (championnats du monde et d’Europe, sur route et en contre-la-montre, notamment). Recruté fin 2018 dans l'usine à champions de la Quick Step, le surdoué belge a sauté la case espoirs et effectué des débuts à la hauteur des attentes sur le circuit professionnel l'année suivante. Il n'a pas eu besoin de rounds d’observation pour prendre ses marques et trouver le rythme dans le peloton des "grands".

Pour sa première course chez les pros, il a terminé neuvième et meilleur jeune du Tour de San Juan. Au printemps, il a confirmé, avec une quatrième place lors du Tour de Turquie. Comme un symbole, sa première victoire, quelques semaines plus tard, a lieu sur le Tour de Belgique, où il remporte non seulement une étape mais aussi le classement général. Et après ? Un coup d'essai qui se transforme en coup de maître, le 3 août, pour sa première classique, la Clasica San Sebastian, qu'il remporte en solitaire après avoir résisté au retour de tous les favoris dans la dernière difficulté. Il devient ainsi le plus jeune vainqueur d'une course World Tour (19 ans et 7 mois). Il a ensuite bouclé sa première saison pro avec un titre de champion d’Europe du contre-la-montre et une médaille d’argent aux Mondiaux, également sur le chrono.

2020, l'affirmation d'un futur très grand

Cette deuxième année devait être celle de la confirmation, celle où le phénomène devait tenter de rivaliser sur les plus prestigieuses courses d'un jour. Elle a été bien plus que cela. Avant la pandémie, qui a amputé de près de six mois le calendrier cycliste, Remco Evenepoel a brillé sur des courses à étapes, bien plus difficiles que celle qu’il avait remportée la saison précédente dans son plat pays.

Après des victoires sur le Tour de San Juan et le Tour de l’Algarve en début d’année, "le petit cannibale" – surnom en référence à son illustre aîné Eddy Merckx – a enchaîné après le confinement des succès sur  le Tour de Burgos et le Tour de Pologne. Tout ça en remportant à chaque fois au moins une étape, souvent le contre-la-montre, un exercice dans lequel il excelle. En remportant les quatre courses à étapes auxquelles il a participé, il a surpassé les pronostics les plus optimistes... avant de voir son ascension fulgurante freinée brutalement.

Chute dans un ravin et grave blessure

Il devait être l'une des attractions de l'un des Monuments de la saison, décalé au mois d’août en raison du chamboulement du calendrier lié à la pandémie de Covid-19. Il l’a été, mais pas pour les raisons qu'il espérait. Pour sa première participation au Tour de Lombardie, Remco Evenepoel a lourdement chuté en tombant d’un pont dans une descente, alors qu'il se trouvait dans le groupe des favoris. Résultat : fracture du bassin, contusions aux poumons, et fin de saison prématurée.

Ces graves blessures l’ont contraint à faire une croix sur toute la fin de saison, et en particulier le Tour d'Espagne, première course de trois semaines sur laquelle il devait s’aligner. Avec neuf victoires en 2020, il a, malgré tout, réussi à finir la saison à la troisième place des coureurs comptant le plus de succès, derrière Arnaud Démare (14), Primoz Roglic (12) et à égalité avec le vainqueur du Tour de France, Tadej Pogacar (9). Excusez du peu.

Le Giro en ligne de mire

Après une longue récupération et une lente rééducation, Remco Evenepoel a pu reprendre l’entraînement au mois de février avant de perfectionner sa préparation, notamment sur les routes élevées de Tenerife (Espagne). Il va faire son grand retour à la compétition en s’alignant au départ du Giro, son premier grand tour, sans avoir participé à la moindre course de préparation. Mais il n'y a finalement plus rien d’étonnant avec un tel phénomène.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.