Cet article date de plus de treize ans.

Théaux : "Je ne pouvais pas rêver mieux"

Depuis Jean-Luc Crétier en 1998, la France attendait un podium sur la Streiff. Il est venu de loin, du dossard 28. Homme en forme du groupe de descente tricolore, Adrien Théaux a chipé la 3e place de la descente de Kitzbühel. "Je ne pouvais pas rêver mieux ", a commenté Théaux.
Article rédigé par franceinfo: sport avec AFP
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 2 min
 

Q: Après votre seconde place à Beaver Creek en super-G vous aviez dit que c'était le plus beau jour de votre vie. Quel sentiment aujourd'hui ?
R: "Même si c'est une troisième place, c'est encore mieux. C'est la Mecque du ski, la piste la plus dure du monde, la plus belle de toutes les descentes. Après le podium à Beaver Creek en super-G, je ne pouvais pas rêver mieux.Kitzbühel depuis tout petit c'est un mythe. Je me rappelle d'un copain qui avait un poster Kitzbühel chez lui. Je voyais tout le monde qu'il y avait, la piste qui avait l'air magnifique. Je me suis dit je veux aller là-bas, mais j'espérais y aller en tant que spectateur. J'y suis allé en tant que coureur.
Je pense qu'on rêve depuis tout petit de faire un grand truc ici, un podium voire gagner. J'ai fait le podium. Je n'ai pas encore réalisé du tout."

Q: Vous attendiez à faire aussi bien ?
R: "Ce matin, Patrice (Morisod, entraîneur des Français) m'a dit +tu peux faire quelque chose de grand, mais joue+. J'avais fait un bon entraînement, puis le super-G (7e place), j'avais de bonnes parties. Je savais ce qu'il fallait rectifier. En partant dossard 28, je visais un top-5, un top-10. Vendredi, j'ai eu des soucis sur la première partie en super-G. Aujourd'hui j'avais à coeur de partir très fort en haut. Je voulais tailler toutes les courbes. Je ne savais pas si j'étais vite, mais j'étais content de mon ski. J'ai fait des petites erreurs, c'est la piste qui veut celà. J'avais à coeur de m'engager à fond et je l'ai fait. En tous cas, j'ai pris des points en plus au général et c'est ce que je cherchais."

Q: Vous vous sentez capables de finir devant sur toutes les courses désormais ?
R: "La prochaine descente à Chamonix est très différente. Je ne l'ai fait qu'une fois. Depuis quatre ans je n'y suis pas retourné. Cela me paraît difficile, mais, avec la confiance... Je m'attends à faire des bons résultats pour les autres courses, être sur le podium est une autre. Mais on a vu que c'était faisable. J'ai peut-être passé un cap. Mon nouveau matériel m'a probablement aidé là-dedans. Je me sens bien techniquement. J'ai hâte d'aller à Chamonix, il n'y a rien de mieux que de faire une course à la maison."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.