Cet article date de plus de deux ans.

Wimbledon : Lucas Pouille domine Richard Gasquet en trois sets et retrouvera Grégoire Barrère au deuxième tour

Richard Gasquet s'arrête dès le premier tour. Le Bitterois, double finaliste à Wimbledon, n'a rien pu faire face à Lucas Pouille. Intraitable, le 28e joueur mondial a dominé son compatriote en trois sets, 6-1, 6-4, 7-6[4]. Pouille aura droit à un deuxième choc 100% tricolore puisqu'il affrontera au deuxième tour Grégoire Barrère, tombeur d'Alexander Bublik (3-6, 6-4, 6-3, 6-3).
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (BEN STANSALL / AFP)

Wimbledon était sa maison. Présent sept fois en deuxième semaine pour deux demi-finales, Richard Gasquet avait pris l'habitude de briller sur le gazon britannique. Un ancien temps, puisque le tricolore prend la porte dès le premier tour pour la troisième année de rang. Et comme l'an passé, où il avait été éliminé par Gaël Monfils, c'est un Français qui s'est mué en bourreau. En patron, Lucas Pouille a dominé de la tête et des épaules ce choc 100% français.

Rarement mis en danger, le protégé d'Amélie Mauresmo a rapidement pris les devants. Un premier set conclu en 20 minutes, un break blanc pour prendre l'avantage d'entrée dans la deuxième manche pour laisser à Gasquet à distance, Pouille s'est montré très solide pour ne jamais trembler, ou presque. Alors qu'il servait pour le gain du match à 5-4, il a laissé Gasquet convertir pour la première fois du match une balle de break pour pousser son adversaire au tie-break. Pas de quoi faire paniquer Pouille, qui a bien serré le jeux pour conclure les débats en 1h50 (6-1, 6-4, 7-6[4]).

Entrée en lice parfaite pour Pouille, qui retrouvera un autre français au deuxième tour. Vainqueur de son premier match en Grand Chelem à Roland-Garros, Grégoire Barrère, 116e mondial, a remis ça à Wimbledon ce mardi en dominant Alexander Bublik (3-6, 6-4, 6-3, 6-3).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Wimbledon

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.