Wimbledon 2023 : "C'est un rêve qui se réalise", savoure Carlos Alcaraz après son sacre à Londres

Tombeur de Novak Djokovic en cinq sets, l'Espagnol a remporté son premier Wimbledon à 20 ans.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Carlos Alcaraz devant la presse, après son sacre à Wimbledon, le 16 juillet 2023. (JOE TOTH / AELTC/POOL)

Une date historique. Carlos Alcaraz a remporté, dimanche 16 juillet, à 20 ans, son premier Wimbledon au terme d'un match en cinq sets et plus de quatre heures contre Novak Djokovic, mettant fin à vingt ans de règne du Big Four (Nadal, Federer, Djokovic et Murray) sur le Grand Chelem londonien. Un exploit pour le numéro un mondial face au Serbe qui n'avait plus perdu à Wimbledon depuis 2017.

Comment se sent-on en tant que champion de Wimbledon ?

Carlos Alcaraz : Génial ! C'est un rêve qui se réalise. Je l'ai tellement voulu. J'ai vu de grandes légendes du tennis soulever ce trophée, des matchs épiques et j'ai toujours voulu être l'un d'entre eux. Mais je ne m'attendais pas à le devenir si tôt. Le premier set a été compliqué, mais je sentais que je jouais bien. Si je n'avais pas gagné le deuxième set, je n'aurais probablement pas soulevé le trophée, j'aurais probablement perdu en trois sets. 

Comment avez-vous tenu cinq sets contre Novak Djokovic à Wimbledon après avoir physiquement craqué contre lui à Roland-Garros ?

Je suis un joueur complètement différent. J'ai beaucoup grandi depuis cette demi-finale. J'ai beaucoup appris de ce match. Et je m'en suis servi pour cette finale. J'ai fait des choses différemment avant la finale, je me suis préparé mentalement un peu différemment.

"Remporter ce deuxième set m'a prouvé que j'étais capable de battre Novak [Djokovic]. Mais il n'est pas facile de te dire que tu t'embarques dans un cinquième set face à lui. Un tas de statistiques te viennent en tête, comme ces dix années durant lesquelles il n'a jamais été battu sur ce court."

Carlos Alcaraz, vainqueur de Wimbledon

en conférence de presse

J'ai réussi à gérer la pression et mes nerfs mieux qu'à Roland-Garros. Je ne me suis jamais effondré, je n'ai jamais abandonné. Je me suis battu sur chaque balle, jusqu'à la dernière. Le match a été très long et je pense que c'est mon mental qui m'a permis de tenir.

Était-il important pour vous de battre Novak Djokovic à son meilleur niveau, au regard de l'histoire ?

Je l'ai fait pour moi, pas par rapport aux générations dans le tennis. Mais c'est un grand moment. Battre Novak à son meilleur niveau, en finale, écrire l'histoire, être celui qui le bat pour la première fois en dix ans sur le Centre Court, c'est super pour moi. C'est quelque chose que je n'oublierai jamais. Et c'est bien pour la nouvelle génération de me voir le battre parce que ça va peut-être les aider à croire en leurs chances. Avant ce match, je n'étais pas certain d'être capable de battre Novak en cinq sets dans un match épique comme celui-là. De rester bon physiquement et mentalement pendant cinq heures contre une légende. Je m'en souviendrai maintenant pour les autres tournois.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.