Cet article date de plus de quatre ans.

Wimbledon: Andy Murray, son frère Jamie et sa mère Judy rembarrent un journaliste pour sexisme

C'est ce qu'on appelle la triple lame. Forcément peu enjoué après sa défaite en quarts de finale contre Sam Querrey à Wimbledon en étant blessé, Andy Murray a peu apprécié les sarcasmes d'un journaliste. Ce dernier a trouvé rigolo que le Britannique, qui a été entraîné par sa mère et aussi par Amélie Mauresmo, précise que Querrey devenait le premier Américain "male" à atteindre le dernier carré depuis 2009. Cela n'a pas fait rire le N.1 mondial. Ni son frère, Jamie, qui s'est fendu d'un tweet cinglant, repris par la maman.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Chez les Murray, on ne plaisante pas avec la condition féminine. Judy Murray, capitaine de l'équipe de Grande-Bretagne de Fed Cup, a mené ses deux fils, Andy et Jamie, vers les sommets du tennis mondial. Les deux hommes ont donc parfaitement conscience de la capacité d'une femme à mener la destinée de la gent masculine. Le N.1 mondial a d'ailleurs été le premier du Top 5 à s'attacher les services d'une femme, en l'occurrence Amélie Mauresmo.

Alors, lorsqu'un journaliste ne fait pas le distinguo entre le circuit masculin et féminin en disant que Querrey est le 1er Américain depuis Roddick en 2009 à atteindre les demi-finales, leur sang ne fait qu'un tour. Le grognement d'Andy Murray ne fait pas mystère de son mécontentement. Les tweets de son frère et de sa mère ne font que confirmer les pensées familiales. Omettre que Serena Williams a remporté cinq Wimbledon depuis 2009, que sa soeur Venus était demi-finaliste l'an dernier et face à sa soeur lors de la finale 2009, c'est ignorer un pan immense de l'histoire du tennis. Et chez les Murray, cela ne passe pas.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Wimbledon

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.