Tennis : l'ATP et la WTA n'attribueront pas de points à Wimbledon en raison de l'exclusion des Russes et Biélorusses

Si les organisateurs de Wimbledon confirment leur volonté de suspendre les joueurs russes et biélorusses, aucun point ATP et WTA ne sera distribué aux joueurs à l'issue de la quinzaine londonienne.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Wimbledon a rapidement réagi après les annonces successives de l'ATP et de la WTA. (GLYN KIRK / AFP)

L'ATP et la WTA passent à l'étape supérieure. Les deux organismes qui gèrent le circuit professionnel masculin et féminin de tennis ont annoncé, vendredi 20 mai, qu'ils ne distribueraient aucun point lors du prochain tournoi de Wimbledon si l'exclusion des joueurs russes et biélorusses en raison de la guerre en Ukraine est maintenue.

"Si rien ne change, c'est avec un immense regret et à contrecœur que nous ne voyons pas d'autre possibilité que de retirer les points ATP à Wimbledon pour l'édition 2022", annonce l'ATP dans un communiqué.

Le tournoi britannique du Grand Chelem a annoncé le 20 avril son intention d'exclure les Russes et les Biélorusses de l'édition 2022 car "dans les circonstances d'une agression militaire injustifiée et sans précédent, il serait inacceptable que le régime russe tire le moindre bénéfice de la participation de joueurs russes ou bélarusses".

Wimbledon réagit face à cette décision "disproportionnée"

Le majeur sur gazon avait cependant précisé que cette décision, globalement très critiquée dans le monde du tennis, pourrait être revue si les "circonstances changent radicalement d'ici juin".

Pour autant, les organisateurs de Wimbledon n'ont pas tardé de réagir, vendredi dans la soirée, faisant notamment part de leur "profonde déception". Le fait de ne pas attribuer les points est, selon eux, "disproportionné dans le contexte des circonstances exceptionnelles et extrêmes de la situation".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Wimbledon 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.