Tennis : l'arbitre qui avait remotivé Nick Kyrgios à l'US Open suspendu deux semaines

"Son attitude durant le match a dépassé la limite et a compromis son impartialité", a estimé l'ATP, tout en reconnaissant que "ses actions partaient d'un bon sentiment".

L\'arbitre de tennis Mohamed Lahyani lors d\'une rencontre de double à l\'US Open, le 18 septembre 2018 à New York (Etats-Unis).
L'arbitre de tennis Mohamed Lahyani lors d'une rencontre de double à l'US Open, le 18 septembre 2018 à New York (Etats-Unis). (KENA BETANCUR / AFP)

Un geste déplacé ? Lors du dernier US Open, l'arbitre suédois Mohamed Lahyani est descendu de sa chaise pour remotiver l'Australien Nick Kyrgios, alors en perdition contre le Français Pierre-Hugues Herbert. L'ATP a choisi de sévir contre l'officiel, qui sera donc suspendu deux semaines, rapporte la presse américaine, mardi 18 septembre. Il n'officiera pas durant l'Open de Chine à Pékin (1er-7 octobre) ni pendant le Masters 1000 de Shanghai (7-14 octobre).

"Son attitude a dépassé la limite"

"Mohamed est un arbitre de classe mondiale et hautement respecté, toutefois son attitude durant le match a dépassé la limite et a compromis son impartialité comme arbitre de chaise", a justifié le vice-président de l'ATP chargé du règlement et des compétitions, Gayle David Bradshaw, dans un communiqué adressé notamment au New York Times (en anglais).

"Même si ses actions partaient d'un bon sentiment, elles sont regrettables et ne peuvent pas ne pas faire l'objet d'une sanction de la part de l'ATP, a-t-il ajouté. Nous sommes certains qu'il va tirer les leçons de cette expérience et nous nous réjouissons de le revoir à nouveau sur le circuit en octobre."

"Je veux t'aider"

Lors du match opposant Nick Kyrgios à Pierre-Hugues Herbert, comptant pour le 2e tour de l'US Open, Mohamed Lahyani était descendu de sa chaise à un changement de côté pour encourager l'Australien. "Je veux t'aider. Je vois tes matchs et tu es quelqu'un de formidable pour ce sport. Ce n'est pas toi, je le sais", avait dit l'arbitre au fantasque Australien, alors mené 6-4, 3-0.

Nick Kyrgios s'était finalement imposé en quatre sets (4-6, 7-6 (8/6), 6-3, 6-0), en assurant que l'intervention de l'arbitre n'avait en rien changé la physionomie du match, ce qu'avait contesté Herbert. Le Suisse Roger Federer avait estimé que ce n'était "pas le rôle d'un arbitre de descendre de sa chaise".