Tennis : le coup de jeune de Roland-Garros

Le tournoi de Roland-Garros a débuté dimanche 28 mai. Il est suivi de prêt par Jean-Sébastien Fernandes.

FRANCE 3

S'il y a une chose que l'on ne peut pas rater à Roland-Garros cette année, c'est une grande grue planter au milieu du site. Les travaux d'agrandissement ont commencé. "Pourtant les organisateurs font beaucoup d'efforts pour dissimuler ces travaux. Mais c'est vrai, le chantier de modernisation a commencé. Il se fera en plusieurs étapes d'ici à 2020. Deux grandes nouveautés sont attendues ici. Tout d'abord, un toit. On pourra donc jouer sous la pluie. Et puis, un nouveau cours va faire son apparition à la place du mythique cours numéro 1", explique Jean-Sébastien Fernandes.

Un mythe en péril

Il n'est ni le plus grand ni le plus ancien. Mais quiconque aura mis les pieds sur le cours numéro 1, même à l'entraînement, dira la même chose. Il se dégage ici quelque chose d'unique. Mais le cours numéro 1 est un monument en péril. Il va être détruit, et sera remplacé par un nouveau cours, encore en travaux aujourd'hui. Ce dernier est un stade du futur de 5 000 places. Le futur Roland-Garros sera aussi plus grand avec plus d'espace pour le public entre les cours. En clair : changer de dimension pour rester un des tournois les plus attractifs pour le public. Avant de pouvoir profiter du nouveau Roland-Garros, public et joueurs vont devoir patienter. La fin des travaux est prévue pour 2020.

Le JT
Les autres sujets du JT
Rencontre sur le court Philippe Chartier entre les français Lucas Pouille et Julien Benneteau au tournoi Roland Garros 2017, le 28 mai 2017 à Paris. Rencontre remportée par Lucas Pouille en cinq sets 7-6[6], 3-6, 4-6, 6-3, 6-4. 
Rencontre sur le court Philippe Chartier entre les français Lucas Pouille et Julien Benneteau au tournoi Roland Garros 2017, le 28 mai 2017 à Paris. Rencontre remportée par Lucas Pouille en cinq sets 7-6[6], 3-6, 4-6, 6-3, 6-4.  (LIONEL BONAVENTURE / AFP)