Open d'Australie : Craig Tiley reconnaît que "le système a failli"

Alors que plus de 70 joueurs sont contraints de respecter une quatorzaine en marge de l'Open d'Australie (8-21 février 2021), Craig Tiley a reconnu ce lundi une faillite du dispositif mis en place pour accueillir les participants.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Craig Tiley, patron de l'Open d'Australie, en 2017 (RECEP SAKAR / ANADOLU AGENCY)

Le patron de l'Open d'Australie Craig Tiley a fait son mea culpa ce lundi, après des dysfonctionnements majeurs dans l'accueil des joueurs à quelques semaines du début du tournoi. "Tout ce qui se passe est le résultat d'un échec du système", a-t-il reconnu dans un communiqué.

"Nous savons que vous êtes incroyablement frustrés" a-t-il ajouté. Ce week-end, des passagers ont été testés positifs au Covid-19 sur trois des 17 vols qui transportaient les joueurs et leur entourage à Melbourne et Adélaïde. Les 72 joueurs ou joueuses qui étaient à bord, soit un peu plus du quart des 256 engagés, n'auront pas le droit de s'entraîner avant la fin de la quatorzaine destinée à empêcher tout risque de propagation du nouveau coronavirus.

"Il y a eu beaucoup d'heures de travail, de planification, et de préparation autour de ça, a-t-il précisé. Mais les évènements des derniers jours ont testé notre ce dispositif, et il a failli. Ce qui a eu pour conséquences des problèmes de transport et de retards dans les sessions d'entraînement". 

Contraints de taper des balles contre les murs ou les fenêtres de leur chambre, des joueurs ont appelé à un assouplissement des mesures d'isolement pour être au mieux de leur forme pour disputer le premier tournoi du Grand Chelem de l'année, qui doit débuter le 8 février.

"Aucun traitement de faveur"

Le numéro 1 mondial Novak Djokovic, après avoir voyagé à bord d'un vol où aucun cas n'a été recensé est autorisé à s'entraîner, aurait ainsi adressé une liste de demandes aux organisateurs du tournoi dans laquelle figurait notamment le droit de s'installer dans des maisons de particuliers équipées d'un court de tennis.

Le Premier ministre de l'Etat de Victoria Daniel Andrews a rejeté ces demandes, affirmant que les autorités n'infléchiront pas plus les mesures mises en place. "Il n'y a aucun traitement de faveur ici. Le virus ne traite personne de manière spéciale et par conséquence, nous non plus", a-t-il affirmé.

Les dispositions spéciales dont bénéficient les joueurs ont déjà provoqué de vives réactions en Australie, certains se demandant pourquoi plus d'un millier de joueurs et leur entourage ont pu venir en avion pour participer au tournoi alors que des dizaines de milliers d'Australiens restent bloqués à l'étranger. L'immense île-continent a fermé ses frontières internationales en mars et limité le nombre de ses ressortissants autorisés chaque semaine à rentrer dans le pays.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Open d'Australie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.