Indian Wells : Benjamin Bonzi et Gaël Monfils au 3e tour, les larmes de Naomi Osaka, Rafael Nadal frôle l'élimination... Ce qu'il faut retenir de la journée de samedi

Les deux derniers représentants tricolores seront face à Jannik Sinner et Daniil Medvedev, lundi. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Rafael Nadal à l'occasion de son entrée lice lors du Masters 1000 d'Indian Wells, samedi 12 mars 2022. (CLIVE BRUNSKILL / GETTY IMAGES)

Gaël Monfils, Benjamin Bonzi, Rafael Nadal, Daniil Medvedev ... Ils continueront tous leur route à Indian Wells. Les quatre joueurs ont marqué la journée du samedi 12 mars sur les courts américains, chacun à leur manière. En larmes après avoir été insultée, la Japonnaise Naomi Osaka a en revanche été battue lors de ce deuxième tour. 

Deux sur deux pour les derniers Français en lice

Au lendemain de l'élimination des dernières Françaises et de celle d'une grande partie des représentants masculins, Benjamin Bonzi et Gaël Monfils font de la résistance. Le premier s'est offert la tête de série n°21, Lorenzo Sonego, en deux manches (6-4, 6-3) et retrouvera un autre Italien numéroté au 3e tour, en l'occurrence Jannik Sinner (n°10).

Auréolé de son statut de tête de série n°28, le second a vécu une entrée en lice sereine contre Filip Krajinovic, avec un succès en deux sets (6-4, 6-3). Celui qui n'avait plus joué depuis sa défaite contre Mikael Ymer à Montpellier le 3 février s'est rassuré : "Je me suis senti plutôt bien dans mon match, en étant fidèle à ce que j'ai produit en début d'année. J'ai bien servi, fort, j'ai tapé assez fort, j'ai été agressif, pour ne pas le laisser jouer". Un gros morceau se dresse sur sa route au 3e tour puisqu'il affrontera le n°1 mondial Daniil Medvedev.

Nadal, le passage à vide

Il s'est fait peur, mais Rafael Nadal reste Rafael Nadal. Opposé à l'Américain Sebastian Korda, l'Espagnol s'est sorti d'une situation très mal embarquée, remontant deux breaks à 2-5 dans la troisième et dernière manche pour s'imposer au jeu décisif après 2h30 de jeu (6-2, 1-6, 7-6). Une seizième victoire de rang lui permet de retrouver Daniel Evans au troisième tour, où il cherchera à se rassurer.

Car, après un premier set rondement mené, Nadal a vécu une panne inhabituelle. Rien ne laissait présager cette chute brutale de niveau, ni un quelconque pépin physique apparent, ni les conditions de jeu, idéales en l'occurrence. "Si les gens croient que j'ai une croyance absolue en mes capacités à revenir au score, ce n'est pas le cas. Mais dans mon esprit, même si je fais face à l'impossible, je ne veux pas abandonner. Dans ce genre de match, ce type de situation, on perd neuf fois sur dix. Or si on abandonne, on perdra dix fois. Mais si on s'accroche, on peut gagner une fois", a confié l'Espagnol après la rencontre.

Osaka ne va pas mieux

Pour son retour à la compétition après presque deux mois d'absence, Naomi Osaka espérait sans doute se remettre en selle à Indian Wells. La Japonaise, ex-n°1 mondiale, a subi une cinglante défaite au 2e tour face à Veronika Kudermetova (6-0, 6-4). Celle qui est retombée au 78e rang mondial ne gagnera pas le tournoi qu'elle avait déjà remporté en 2019.

Surtout, ses problèmes d'anxiété l'accablent toujours. Samedi soir, elle a laissé couler quelques larmes dans le troisième jeu de la première manche après qu'une personne dans le public l'a insultée : "Naomi tu es nulle !". Des larmes qui sont revenues après la rencontre, lorsqu'elle a accepté de se prendre au jeu du mot de la fin. "Pour être honnête, j'ai l'impression d'avoir déjà été chahutée auparavant, ça ne m'avait pas vraiment dérangée.  J'essaie de ne pas pleurer. Je dois juste dire merci et félicitations", a-t-elle péniblement dit entre deux sanglots.

Medvedev serein malgré son statut

La soirée a été plus tranquille pour Daniil Medvedev. Son adversaire, Tomas Machac, modeste 158e mondial et issu des qualifications, n'a pas eu grand-chose d'autre que son courage à opposer au Russe. Score final : 6-3, 6-2 en 1h10 de jeu. Pas de problème constaté vis-à-vis de son nouveau statut de n°1 mondial. "C'est beaucoup de pression, mais aussi beaucoup de motivation", a tout de même reconnu le joueur de 26 ans.

Au prochain tour, le Moscovite retrouvera Gaël Monfils au troisième tour, un adversaire contre lequel il reste sur une défaite qui remonte à trois ans en arrière, à Rotterdam.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Masters 1000

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.