Instagram et déclarations acerbes, retour sur l'année tumultueuse de Benoît Paire

Benoît Paire a une nouvelle fois fait parler de lui après sa défaite au 1er tour du Masters 1000 de Monte-Carlo.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 5 min.
Benoit Paire lors de sa défaite au premier tour de Miami, le 27 mars 2021. (MATTHEW STOCKMAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Benoît Paire a une nouvelle fois fait parler de lui après sa défaite au 1er tour du Masters 1000 de Monte-Carlo, dimanche 10 avril. Depuis le retour du circuit après le confinement du printemps 2020, le Français enchaîne les déconvenues et coups de colère.

• Des apéros en confinement

Benoît Paire a été particulièrement actif lors du confinement du printemps 2020. Avec son ami Stan Wawrinka, ils ont animé les longues journées de leurs fans en réalisant des lives surnommés “Stanpairo” sur le réseau social Instagram. Devant des milliers de personnes, les deux joueurs partageaient leurs quotidiens à distance autour de cocktails, en évoquant leur complicité, leur vie privée et leur carrière de tennismen. Le Français ironisait souvent sur son manque de sérieux concernant ses entraînements durant toute cette période.

• Un retour à la compétition très compliqué

Avant de retrouver le circuit ATP et ses matches en deux et trois sets gagnants, Benoît Paire est allé s’amuser sur l’UTS (Ultimate Tennis Showdown) crée par Patrick Mouratoglou à Sophia-Antipolis, dans un format de compétition beaucoup plus court et moins énergivore. Son retour à la compétition au mois d’août lors de la tournée américaine a mis en évidence les carences physiques du Français accentuées par la période de pause du circuit ATP.

Peu de joueurs avaient décidé de s’envoler pour l’Amérique du Nord où se déroule traditionnellement la tournée d’été avec en point d’orgue l’US Open à la fin du mois d’août. Benoît Paire a ainsi débuté l’après-confinement face à Borna Coric à Cincinnati avec un terrible issue : zéro jeu inscrit et un abandon. Le Français est apparu très affaibli, incapable d’aller au bout de la rencontre face au Croate (6-0, 1-0 ab.).

• L’imbroglio de l’US Open 

La tournée américaine de Benoît Paire ne s’est pas conclue de la meilleure des manières. Après s’être envolé de Cincinnati pour New-York afin de disputer le deuxième Grand Chelem de cette saison chamboulée, le Français a été testé positif au Covid-19 avant même le début du tournoi. Il n’a pas manqué de critiquer la bulle extrêmement stricte mise en place en raison des conditions sanitaires des États-Unis, particulièrement dégradées à l’époque.

D’autres joueurs avaient dû être placés sous surveillance ou en quarantaine dont Adrian Mannarino, Edouard Roger-Vasselin et Kristina Mladenovic, pour avoir été en contact avec lui. “Il a été clairement indiqué que le joueur ayant contracté le virus ne respectait pas les protocoles de santé approuvés par l'État de New York”, avait annoncé la fédération américaine au sujet de Benoît Paire, alors que ce dernier dénonçait une “FAKE BUBBLE” (fausse bulle) mise en place par l’USTA. Résultat, la quinzaine de l’US Open, il l’a passée dans sa chambre d’hôtel.

• Un nouveau test positif et une fin de saison prématurée

De retour en Europe, l'Avignonnais a une nouvelle fois été confronté au Covid-19, comme si le sort s’acharnait. Deux nouveaux tests positifs auraient pu le priver d’un premier tour face à Casper Ruud à Hambourg, pourtant un troisième, négatif, lui permettait de faire son entrée en lice dans le tournoi allemand. Côté sportif en revanche, très peu de positif, bien au contraire.

Si le Français n’était pas malade du Covid-19, il était malgré tout diminué par des problèmes gastriques qui l’ont contraint à abandonner dans le deuxième set face au tout jeune Norvégien (6-4 2-0 ab.), comme un mois plus tôt face à Borna Coric. Entre temps, il avait tout de même pu terminer un match, très court, contre Jannik Sinner à Rome, remporté par l’Italien (6-2, 6-1), après une fin de match lâchée par Paire après un coup de sang sur l'arbitre.

Avant de mettre un terme à sa saison de manière prématurée après une défaite au premier tour à Noursoultan face au local Kazakhe Kukushkin, il avait eu le temps de savourer sa première et unique victoire de la période post-confinement. Un beau succès au 1er tour de Roland Garros contre le jeune Soonwoo Kwon, sans aucun lendemain.

• 2021, défaites et coups de sang

Souvent lors de la fin de saison 2020, le Français laissait entendre que toute son attention allait se fixer sur le début d’année, mais c’était sans compter la prolongation de plusieurs mois des restrictions sanitaires, qu’il a de grandes difficultés à vivre. La tournée australienne n’a pas rimé avec le succès pour le joueur tricolore doublement défait à l’ATP Cup et sorti au premier tour de l’Open d’Australie.

Mais cette période particulièrement difficile que Benoît Paire semble vivre et partager aux yeux des observateurs a franchi un nouveau un cap en Argentine. Il avait pourtant remporté son premier match depuis près de cinq mois à Cordoba la semaine précédente, mais à Buenos Aires, il est retombé dans ses travers. Face à Francisco Cerundolo, le Français a littéralement explosé en vol, crachant sur la ligne après une décision d’arbitrage en sa défaveur, et en offrant la fin de match à son adversaire. Il a écopé, de 5500 euros d’amende pour non combativité.

Sur les réseaux sociaux, il a ensuite publié une photo de son prize money remporté depuis le début de sa carrière avec la légende : “Finalement ça vaut le coup d’être nul”, se fendant également d’un émoticone très peu glorieux. L'aspect financier à une nouvelle fois été mis en avant par le Français après sa défaite à Monte-Carlo dimanche 10 avril, où il avait déclaré : “J'ai pris 12 000 balles. Vous allez dire que je parle encore beaucoup d’argent, mais j’ai pris 12 000 euros pour être à l’hôtel tranquille.”

Actuellement, Benoît Paire est protégé par le gel du classement ATP pendant un an et demi. Cette disposition prise pour aider les joueurs pendant la pandémie l'empêche de chuter et lui offre sa place dans le tableau principal des plus grands tournois grâce à son classement (35e). Mais s’il poursuit sa série (seulement deux victoires en huit mois de compétition), après le déblocage de ce classement, il pourrait ne plus pouvoir accéder aux prize-money juteux des perdants aux premiers tours des grands rendez-vous.

-

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.