Novak Djokovic : "Je suis fier d'être associé aux légendes du tennis"

Ce lundi 8 mars, Novak Djokovic vient de battre le record détenu jusqu'alors par Roger Federer du nombre de semaines (311) passées en tête du classement ATP. En exclusivité pour Tout Le Sport, "Nole" s'est confié sur sa "fierté" d'avoir atteint une telle marque : "il ne s'agit pas d'un succès individuel, il est collectif, c'est celui de toute la Serbie".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
 (ROB PREZIOSO / TENNIS AUSTRALIA)

Que représente pour vous ce record de 311 semaines dans la peau du numéro un mondial ? Cela doit être important pour vous...

Novak Djokovic : "Oui je suis très heureux, très fier d’être ici aujourd'hui, d’en parler avec vous. Ce matin je pensais simplement à mon entraînement, j'étais dans ma routine. Mais j’ai reçu beaucoup de messages de ma famille, de mes amis, de tout le monde. C’est une très bonne sensation, ce n’est pas un succès individuel mais bien collectif, grâce à toutes celles et ceux avec qui je travaille. Je suis très heureux !"

Il y a beaucoup de fierté ? Vous êtes dans l’histoire du tennis, encore un peu plus, avec les plus grands…

ND : "Je ne voudrais pas dire que je suis le plus grand car j’ai une approche différente. Je pense que ce n’est pas possible de faire la comparaison entre des générations différentes. Les technologies avec les raquettes que nous avons, c’est complètement différent d’il y a 50 ans. Mais je suis fier d’être associé aux légendes du tennis, de notre sport."

"Tout ce que je fais, je le fais pour moi et toute la Serbie"

Quand vous étiez petit, vous imaginiez marquer l’histoire du tennis comme vous le faites aujourd'hui ?

ND : "Oui, je crois bien que je l'imaginais ! J’étais un petit garçon qui rêvait d’arriver à un jour comme aujourd’hui, gagner des tournois du Grand Chelem comme Wimbledon, être numéro un mondial… En 2011 quand j’ai gagné Wimbledon pour la première fois, je savais que mon pays était fier mais je ne savais pas toute la dimension qu’il y avait, à quel point j’étais soutenu. Quand je suis revenu en Serbie, je m’en suis rendu compte. Ça a été un moment très spécial. Après ce moment-là, j’ai pris conscience que tout ce que je faisais, je le faisais consciemment. Tout ce que je fais, je le fais pour moi et toute la Serbie. C’est pour cela qu’aujourd'hui ce n’est pas mon succès mais c’est celui de mon pays, de tous les gens qui m’ont soutenu. J’ai grandi dans un pays durant des périodes de guerre, c'était difficile, particulièrement pour mon père et ma mère. Ils m’ont donné beaucoup de puissance, de passion, ils ont fait des gros sacrifices pour moi."

Roger Federer vous a rendu hommage en disant que "Novak Djokovic a fait de moi un meilleur joueur". Est-ce qu’il vous a aussi rendu plus fort ?

ND : "Je pense que Federer et Nadal sont les deux joueurs qui m'ont le plus apporté dans mon jeu et à ma carrière. Ils sont les personnes les plus importantes de ce succès, vraiment ! La rivalité que j’ai avec eux... Quand je suis entré sur le circuit, j’ai perdu le plus grand nombre de mes matchs contre ces deux joueurs. J’ai eu besoin de 3-4 années pour me dire que je pouvais gagner contre eux. Je pensais aussi arrêter le sport professionnel. En 2010 c’était très compliqué, quand je perds en ¼ de finale à Roland-Garros… Il s’est passé beaucoup de choses dans cette première période de ma carrière. Puis quand il y a eu ce déblocage, j’ai gagné beaucoup de confiance. Avec Nadal et Federer, on a une trajectoire "unique"."

Federer vient d'ailleurs de faire son retour sur les courts à Doha, à 40 ans. Est-ce que vous vous imaginez jouer encore à cet âge-là ?

ND : "En anglais on dit 'age is just a number' ("l'âge est juste un nombre"), donc je ne pense pas encore à ça. Roger est incroyable, il te donne une motivation et une inspiration, te montre que c’est encore capable de jouer à très haut niveau quand tu as 40 ans. On verra ce qu’il se passe dans le futur."

"Avec Nadal et Federer, on a une trajectoire unique"

Est-ce que le nombre de titres en Grand Chelem, c'est le record que vous chassez ? Vous êtes à deux unités de Roger Federer et Rafael Nadal (18 contre 20)...

ND : "Oui je peux le dire, c’est ma plus grande priorité maintenant de gagner le plus de titres du Grand Chelem possible. J’essaie d’organiser mon calendrier en fonction de cela, particulièrement pour Roland-Garros cette année. On a toujours un gros problème qui s’appelle Rafael Nadal ! Mais on va essayer."

Comment battre Nadal à Paris ?

ND : "Si vous avez un conseil, n'hésitez pas ! Tu dois être au top physiquement et mentalement. J’ai battu une fois Nadal à Roland mais j’ai perdu très, très souvent. Et je pense que c’est le plus grand challenge que tu as dans le tennis aujourd'hui. Mais j’adore les challenges, ça te demande de donner le meilleur de toi-même."

Propos recueillis par Fabien Lévêque pour Tout Le Sport.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers ATP

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.