Super Ligue européenne - Florentino Perez : "Nous voulons sauver le football"

Le président du Real Madrid Florentino Perez s'est exprimé sur la Super Ligue européenne.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.

Il était attendu au tournant. Le président du Real Madrid, et instigateur de la fameuse Super Ligue européenne, dont la création a été annoncée dans la nuit de dimanche 18 à lundi 19 avril, Florentino Perez a donné une interview au Chiringuito, ce mardi 20 avril, pour évoquer le nouveau projet, qui fait réagir le monde du football. Du Paris Saint-Germain aux enjeux de la compétition, voici les déclarations fortes de l'intervention du président des Merengues. 

•  "Nous voulons sauver le football"

Le président du Real Madrid Florentino Perez a expliqué l'objectif de la Super Ligue européenne. Pour lui, le but est simple : cette compétition est vitale pour le ballon rond. "Nous faisons la Super Ligue européenne pour sauver le football. À chaque fois qu'il y a des changements, il y a toujours des personnes qui s'y opposent... Et nous allons sauver le football en cette période de crise". 

En effet, pour le président du Real Madrid, les matches prestigieux sont plus regardés dans le monde et vont donc être plus divertissants. "Il y a des matches de mauvaise qualité. Un Real Madrid - Manchester ou un Barcelone - Milan AC est plus divertissant qu’un Manchester contre une équipe modeste de la Ligue des champions. Que demande le monde entier ? Nous avons des fans partout dans le monde. C’est ce qui fait de l’argent, les autres compétitions ne donnent pas d’argent. Et cet argent est pour tout le monde, c’est une pyramide", assume Florentino Perez. 

• "En Angleterre, les six équipes (membres de la Super Ligue) perdent de l’argent et les 14 autres en gagnent"

En raison de la crise de la Covid-19, les pertes des clubs ont été colossales. Les créateurs de la Super Ligue européenne espèrent gagner plus d'argent, avec cette nouvelle compétition.

"Ce n’est pas possible qu’en Liga, la majorité des clubs modestes gagnent de l’argent et que le Barça perde de l’argent. Ça ne peut plus durer. Ça s’est passé, parce que nous sommes dans un moment étrange, mais ce n’est plus possible. En Angleterre, les six équipes perdent de l’argent et les 14 autres en gagnent. La télévision représente 20 à 25% des revenus du Real Madrid alors que pour les autres, c’est 100 %. Nous voulons voir tout le monde réussir. Nous parlons de solidarité. Pour que le football fonctionne, tout doit aller bien pour tout le monde", analyse Florentino Perez.

• "On n'a pas invité le PSG et les deux clubs allemands"

Si beaucoup de clubs du gratin européen sont présents dans la Super Ligue, certains brillent par leur absence. En effet, les deux derniers finalistes de la Ligue des champions, le Paris Saint-Germain et le Bayern Munich ne font pas partie des clubs qui pourraient évoluer dans cette nouvelle compétition.

Pour Florentino Perez, l'absence de ces deux équipes était prévue. "On n’a pas invité le PSG, ni les deux clubs allemands. Nous avons fermé ça aux 12 clubs. Au sujet du Bayern, je ne sais pas pourquoi ils ont dit que nous allions mettre fin aux championnats. Les Ligues sont le pilier de tout".

• "C'est juste impossible pour l'UEFA de nous exclure" de la Ligue des champions

La rumeur d'une exclusion des membres de la Super Ligue européenne engagés en Ligue des champions a enflé ces dernières heures. En effet, le dirigeant de la Fédération danoise de football et membre du Comité exécutif de l'UEFA, Jesper Moller a demandé l'exclusion du Real Madrid, de Manchester City et de Chelsea des demi-finales de la plus prestigieuse des compétitions européennes.

Florentino Perez balaye les menaces de l'UEFA : "Il ne se passera rien, la loi nous protège. Mais on ne va pas entrer sur ce terrain-là. C’est juste impossible pour eux de nous exclure."

• "Les joueurs peuvent être totalement tranquilles, il ne se passera rien" (concernant leur sélection nationale)

La création de la Super Ligue européenne pourrait avoir des conséquences au niveau international. Parmi les menaces émises par les instances dirigeantes du foot européen, si la compétition voit le jour, les joueurs appartenant à des clubs qui participent à cette nouvelle compétition seraient interdits de sélection nationale.

Une menace réfutée par Florentino Perez : "Les joueurs peuvent être totalement tranquilles, il ne se passera rien. L'UEFA est un monopole et c'est ce qui crée cette confusion. Mais le monopole est terminé. L'UEFA n'a pas une bonne image à travers l'histoire, mais je ne veux pas parler d'autres choses. Ils n'ont à menacer, personne n'a rien fait de mal. Leur format, à notre avis, ne fonctionne pas. On dit que ça commence en 2024, mais en 2024 on sera mort. Certains clubs ont perdu des centaines de millions d’euros avec la pandémie.
 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.