Vidéo L’apnéiste Arnaud Jerald raconte sa passion pour les profondeurs

Publié
Il détient 7 records du monde d’apnée du haut de ses 26 ans. Arnaud Jerald, apnéiste français, a décroché son dernier titre il y a un mois. Pour Brut., il raconte ce qu’il ressent dans les profondeurs aquatiques.
Brut.
Article rédigé par

Il détient 7 records du monde d’apnée du haut de ses 26 ans. Arnaud Jerald, apnéiste français, a décroché son dernier titre il y a un mois. Pour Brut., il raconte ce qu’il ressent dans les profondeurs aquatiques. 

Je dirais que l'apnée, c'est 80 % dans le mental. À 120 mètres de profondeur, mon cœur bat entre quinze et vingt pulsations par minute. Mes poumons font la taille d'une orange. Plus on va descendre à ces profondeurs-là, plus on va aller toucher un peu la quintessence de soi-même.” Arnaud Jerald vient de décrocher un nouveau record du monde. Le 3 octobre, l’apnéiste originaire de Marseille, est resté 3 minutes et 11 secondes sous l’eau, allant jusqu’à 123 mètres de profondeur. “On a tous vu Le Grand Bleu. À un moment, on voit Jacques Mayol qui sort de l'eau et tout le monde dit: ‘Il a fait 120 mètres!’ Et, à l'époque, en fait, c'était impossible. J'ai passé cette barre des 120 mètres qui n'était qu'une imagination, qui n'était qu'une fiction dans Le Grand Bleu, dans une discipline où je descends à la palme.

“Il y a plus d'hommes qui sont allés dans l'espace qu’à 100 mètres de profondeur”

Pour lui, l’apnée lui donne des sensations que rien d’autre ne peut faire. “Vers 30-40 mètres, l'air qu'il y a dans mes poumons ne me fait plus flotter. Et là, en fait, j'ai juste à glisser, à voler. C'est la sensation de voler au ralenti. On se sent complètement libre, on a juste à se laisser aller vers les profondeurs. On a un phénomène qui est propre à l'apnée, qu'on ne pourra jamais ressentir nulle part ailleurs, ni dans l'espace, ni à 8000 mètres d'altitude. Ça s'appelle l'ivresse des profondeurs. Au niveau des sensations, on passe dans un autre monde, on va avoir des visions, on va avoir une musique. Ça peut être un rêve comme un cauchemar.

Il faut savoir qu'il y a plus d'hommes qui sont allés dans l'espace que d'hommes qui sont allés à 100 mètres de profondeur. Donc on vit quelque chose d'assez unique et, en fait, tout ce qui se passe à la surface, dans la vie de tous les jours, on va le relativiser mais puissance 1000. On va vraiment ressentir toute la puissance de la mer, la puissance de l'océan”, décrit-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.