Éboulements au Mont Blanc : "Des pierres, parfois de la taille d'une voiture, tombent devant vous", alerte la gendarmerie de haute montagne

Ce mardi matin, le PGHM de Haute-Savoie a secouru un alpiniste enselevi sous une importante chute de pierres. Toute ascension du massif est actuellement déconseillée en raison des fortes chaleurs.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des touristes face à la Mer de glace du Mont Blanc, près de Chamonix (Haute-Savoie), le 16 mai 2020. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

La préfecture de Haute-Savoie appelle les alpinistes qui souhaitent gravir le Mont Blanc à reporter leur ascension. En cause : l'intensification des chutes de pierres, en raison de la canicule, sur l'itinéraire classique qui mène au sommet. Trois opérations de secours ont été menées lundi 10 août, pour des personnes légèrement blessées.

André-Vianney Espinasse, adjoint au commandant du PGHM, le peloton de gendarmerie de haute montagne, prévient les alpinistes sur  franceinfo : "Des pierres, parfois de la taille d'une balle de tennis, mais aussi parfois de la taille d'une voiture, tombent devant vous."

franceinfo : Qu'est-ce-qui provoque les chutes de pierres ?

André-Vianney Espinasse : Il y a un endroit en particulier, sur la voie normale d'ascension au Mont Blanc, qui, traditionnellement, subit des chutes de pierres. C'est au niveau de l'ascension de l'aiguille du Goûter. Ces chutes de pierres sont de plus en plus fréquentes, notamment en période de canicule. Là, on est en plein épisode caniculaire. Aujourd'hui encore, il y a eu des interventions. Ce matin, à 6 heures et demie, nous sommes intervenus pour secourir une cordée de trois alpinistes qui descendaient l'aiguille du Goûter. L'un des alpinistes s'est fait ensevelir par un résidu d'une importante chute de pierres, mais heureusement sans gravité majeure.

Quels sont les risques liés à ces chutes de pierres sur ces autres voies?

Il y a plus d'une trentaine d'autres voies pour accéder au Mont Blanc. Ce qu'il faut souligner, c'est que les autres voies sont beaucoup, beaucoup moins fréquentées que la voie normale du Mont Blanc. En fait, ce n'est pas qu'il y a moins de chutes de pierres ailleurs. C'est juste que l'affluence sur la voie normale du Mont Blanc expose plus naturellement les alpinistes à ces chutes de pierres. Cette année, peut-être l'effet du post-covid, on observe qu'il y a moins de monde sur la voie normale du Mont Blanc. Toutefois, comparativement aux autres ascensions possibles dans tout le massif, il y a quand même beaucoup plus de monde. Ce sont des dizaines et des dizaines de prétendants, quotidiennement, qui réalisent cette ascension.

Ces dizaines de prétendants, ont-ils bien conscience des dangers liés à ces chutes de pierres?

Je crois que oui. Quand vous entamez cette ascension du Mont-Blanc, par sa voie normale, et que des pierres, parfois de la taille d'une balle de tennis, mais aussi parfois de la taille d'une voiture, tombent devant vous, vous êtes naturellement dissuadés. Du coup, les gens sont plutôt à l'écoute des professionnels de la montagne. Heureusement, cela pourrait changer dans les jours à venir. Une vague de froid est annoncée, à partir de jeudi. On va perdre quatre à cinq degrés. Il y a fort à parier que ces chutes de pierres vont réduire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.