Cet article date de plus de deux ans.

Dopage: l'enquête autrichienne élargie à un cycliste

Un cycliste professionnel a été arrêté dans le cadre de l'enquête sur un réseau de dopage qui a déjà conduit à l'interpellation et la suspension de toute compétition de cinq skieurs, a annoncé dimanche un procureur autrichien.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (JOHANN GRODER / EXPA)

"L'enquête sur un médecin du sport allemand et ses complices a entraîné des suspicions à l'encontre d'un cycliste professionnel du Tyrol", a déclaré Hansjoerg Mayr, procureur d'Innsbruck (Autriche) à la télévision ORF TV. Il s'agirait de Stefan Denifl, un coureur autrichien de 31 ans, selon les médias autrichiens. Sans équipe depuis fin décembre il a remporté le Tour d'Autriche et une étape du Tour d'Espagne en 2017.  

Le coureur a été arrêté vendredi et libéré le jour même après avoir plaidé coupable des charges retenues contre lui qui n'ont pas encore été rendues publiques. Les polices autrichienne et allemande ont mené une série d'arrestations mercredi à la suite du démantèlement d'un réseau de dopage basé à Erfurt (Allemagne) et dirigé par un médecin allemand de 40 ans, Mark S.

Cinq skieurs arrêtés

Les arrestations étaient notamment concentrées sur la station autrichienne de Seefeld, où se tiennent les championnats du monde de ski nordique. Cinq skieurs ont été arrêtés: deux Autrichiens, Dominik Baldauf et Max Hauke, les Estoniens Karel Tammjaerv et Andreas Veerpalu, ainsi que le Kazakh Alexei Poltoranin. Ils ont tous ont été suspendus dans la foulée par la fédération internationale de ski (FIS).

Des images diffusées sur les réseaux sociaux ont montré Max Hauke apparemment pris sur le fait par la police en train de se transfuser du sang. Le responsable de ski de fond à la Fédération autrichienne, le Norvégien Trond Nystad, a annoncé sa démission vendredi à la suite de cette affaire de dopage.
 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ski nordique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.