Cet article date de plus de deux ans.

Ski : Stefan Luitz disqualifié de sa victoire au géant de Beaver Creek

Le skieur allemand Stefan Luitz, vainqueur du géant de Beaver Creek (Colorado) début décembre, a été disqualifié pour avoir utilisé de l'oxygène entre les deux manches, une pratique désormais interdite par le règlement antidopage, a annoncé la Fédération internationale de ski (FIS) jeudi.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

"Le panel FIS a pris acte de la violation par Luitz du règlement interdisant l'utilisation de matériel scientifique et médical en inhalant de l'oxygène supplémentaire entre les deux manches", écrit dans un communiqué la Fédération, qui indique que Luitz ne risque aucune autre sanction que sa disqualification et donc la perte des points, du trophée et de la prime. Luitz avait remporté dans le Colorado le premier géant de sa carrière de retour de plusieurs mois de blessure. La victoire revient ainsi à l'Autrichien Marcel Hirscher, déjà largement en tête du classement du gros globe, pour son 66e succès en Coupe du monde. Le Norvégien Henrik Kristoffersen, initialement 4e, en profite pour monter sur le podium derrière le Suisse Thomas Tumler.

Imbroglio réglementaire

La découverte de l'utilisation d'oxygène par Luitz avait occasionné en décembre une véritable cacophonie dans le milieu du ski alpin: l'interdiction de l'inhalation d'oxygène en compétition figure bien dans le règlement antidopage de la FIS depuis deux ans, mais pas dans le Code de l'Agence mondiale antidopage (AMA), que les Allemands affirment avoir suivi par erreur.

L'ajout de ce point dans le règlement antidopage par la FIS est un impair selon plusieurs experts de l'antidopage (il pourrait être dans le règlement médical par exemple), qui pensent que la situation peut poser des problèmes juridiques.  Stefan Luitz dispose de 21 jours pour faire appel devant le Tribunal arbitral du sport (TAS).
 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ski alpin

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.