Mondiaux de ski de bosses : grosse déception pour Perrine Laffont et Benjamin Cavet qui repartent bredouilles du parallèle

Après le triomphe, grosse désillusion pour les Français aux Mondiaux de ski de bosses à Almaty (Kazakhstan) ! Après son titre en individuel lundi 8 mars, Perrine Laffont, double tenante du titre, a été éliminée dès les quarts de finale sur le parallèle ce mardi 9 mars. Benjamin Cavet, médaillé d’argent en individuel, a lui aussi été éliminé prématurément, dès son entrée en lice en seizièmes de finale.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Perrine Laffont à Deer valley, le 4 février 2021. (TOM PENNINGTON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Énorme désillusion pour Perrine Laffont sur l’épreuve des Mondiaux de ski de bosses en parallèle. Après avoir lavé l’affront en individuel ce lundi 8 mars en remportant le seul titre qu’il manquait à son immense palmarès, la Française a failli ce mardi 9 mars en se faisant éliminer dès les quarts de finale par la Russe Viktoria Lazarenko. Avec ce couac, la double tenante du titre loupe l’occasion de devenir la cinquième skieuse de l’histoire à réaliser le doublé sur des mondiaux de ski de bosses. La Russe Anastasiia Smirnova, 18 ans, remporte le titre après avoir décroché le bronze la veille. Sa compatriote Viktoriia Lazarenko et la Kazakh Anastassiya Gorodko complètent le podium.

La Française avait pourtant tout pour triompher sur le parallèle. Impériale au deuxième et troisième tour, on la pensait sur la voie royale mais l’Ariégeoise a flanché dès les quarts. Pourtant très propre sur le champ de bosses face Viktoriia Lazarenko, Perrine Laffont s’est totalement désunie avant le deuxième saut. Déséquilibrée, elle n’a pas pu réaliser la figure qu’elle souhaitait face à une Russe très solide et vice-championne du monde ce mardi. La skieuse tricolore, qui compte cinq victoires en six courses cette saison en Coupe du monde, se classe finalement 7e, égalant son pire classement depuis près de trois ans.

Des mondiaux réussis malgré cette déconvenue

"Elle est partie vite et je suis bien revenue sur elle mais sur le freinage avant le deuxième saut, je suis partie de travers et ce n'est pas passé", a expliqué Laffont à l'AFP avant d'ajouter, "cela m'a fait bizarre de regarder ensuite la finale d'en bas, mais je ne peux pas être déçue. Gagner ce titre, cela aurait été du bonus." Avec sa médaille d'or glanée sur l'individuel ce lundi, l'objectif était atteint pour la Pyrénéennes. 

"J'étais venue pour remporter ce titre (en individuel), pas l'argent, pas le bronze (...) C'était tellement intense, cela m'a demandé tellement d'énergie, j'ai dû être à 300% pour remporter ce titre. J'étais tellement heureuse que j'ai eu du mal à m'endormir (lundi soir), si bien que cela a été difficile de me remettre dedans aujourd'hui (mardi)", a-t-elle expliqué. "Ces Mondiaux étaient une bonne préparation pour Pékin : j'étais attendue, il y avait une certaine pression autour de moi et je voulais ce titre (en single) et cela a plutôt bien marché pour moi", a-t-elle ajouté.

Comme Laffont, Cavet a craqué

Grosse déception également pour Benjamin Cavet. Médaillé d’argent la veille en individuel, le skieur de Châtel a été sorti dès les seizièmes de finale du parallèle ce mardi. En délicatesse techniquement dans le champ de bosses, le Français a quitté la piste avant le deuxième saut et n’a pas pu rivaliser face au Canadien Brendan Kelly. Meilleur tricolore sur ce parallèle, le Lyonnais Sacha Theocharis a réussi à atteindre les quarts de finale avant d’être éliminé par le Kazakh Dmitriy Reikherd.

Contrairement à Perrine Laffont, l’ogre de la discipline Mikaël Kingsbury n’a pas flanché. Le Canadien s’est offert une deuxième médaille d’or dans ces mondiaux d’Almaty en remportant le parallèle. Lui qui possède déjà 57 victoires en coupe du monde a pu ajouter à son palmarès ce mardi, un sixième titre mondial en carrière. L'Australien Matt Graham, numéro un cette saison, prend l'argent et le Japonais Ikuma Horishima le bronze.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ski alpin

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.