Le géant dames de Semmering annulé et le super-G hommes de Bormio reporté

Alors que le vent avait fait son apparition lors de la première manche du géant dames à Semmering, en Autriche, les rafales se sont intensifiées, rendant la seconde manche impossible. Elle ne sera pas reportée. Le super-G hommes, à Bormio, est quant à lui décalé.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La Slovaque Petra Vlhova était en tête après la première manche du Géant de Semmering (DOMINIK ANGERER / EXPA)

Le départ de la deuxième manche du géant dames de Semmering, initialement prévu à 13h00, avait déjà été reporté de quinze minutes, à deux reprises. Mais à 13h30, les organisateurs ont dû constater qu’il serait impossible que le slalom ait lieu, à cause du vent. D’énormes rafales ont en effet emporté des barrières et des éléments gonflables situés en bord de piste.

En première manche, la Slovaque Petra Vlhova, en tête du classement général de la Coupe du monde, avait signé le meilleur chrono, en 1’02’’15, devant l’Italienne Marta Bassino (+0''22) et la Suissesse Michelle Gisin (+0’'35). La Française Tessa Worley, qui s’était élancée la première, se classait septième, à 1’’60 de Vlhova, et profitant de la dégradation du tracé pour les skieuses suivantes. La Fédération internationale de ski a décidé d'annuler définitivement l'épreuve, et de ne pas la reporter, pour pouvoir tenir le programme prévu ce mardi, avec un slalom à 15h15.  "C'était très difficile de faire une manche, ça souffle très très fort. Ça a démonté les infrastructures de l'arrivée", a réagi Tessa Worley. Les classements établis dans la matinée sont perdus.

Chez les hommes aussi, les conditions météorologiques ont perturbé le programme. L’épreuve de ce lundi matin a été reportée, en raison de trop fortes chutes de neige sur Bormio, en Italie. Le super-G est décalé à ce mardi, 11h30, et la descente se disputera mercredi, à 11h30 également.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Coupe du monde de ski alpin

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.