Cet article date de plus d'un an.

Combiné de Wengen : la victoire échappe à Alexis Pinturault pour 7 centièmes

Pour sept centièmes, Alexis Pinturault est passé juste à côté de la victoire dans le combiné de Wengen, finalement remporté par l'Autrichien Matthias Mayer à l'issue du slalom. Un deuxième Français complète le podium, Victor Muffat-Jeandet pointant quant à lui à 67 centièmes de l'Autrichien.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Vainqueur à Bormio, Alexis Pinturault a fait de son mieux en descente -qui n'est pas son point fort- pour terminer en 1:43.08. Très incisif dans son entame de course, il a frôlé la sortie avant d'assurer un bon temps et préserver ses chances de victoire finale. Après avoir perdu à Abelboden la première place du classement de la Coupe du monde au profit du Norvégien Henrik Kristoffersen, Pinturault aura l'occasion de reprendre quelques précieux points.

En attendant le slalom (14h00), c'est bien l'Autrichien Matthias Mayer qui a pris le dessus en descente de ce combiné avec un chrono de 1:41.40, devant le Suisse Gilles Roulin (1:41 93) et son compatriote Daniel Danklmaier (1:42.07). Sur les sept Français au départ, Maxence Muzaton s'en est le mieux sorti avec le 10e temps (1:42.60), non loin de Victor Muffat-Jeandet -lauréat en 2018- qui se classe 12e (1:42.73). A noter qu'il faut remonter à 2012 pour trouver trace d'un podium sans le moindre Français, c'était à Kitzbuhel et Ivica Kostelic s'était imposé. Mais rien n'est acquis avant le slalom...

 (FABRICE COFFRINI / AFP)

Dans le slalom, Matthias Mayer lançait les débats en 51.05 (2:32.45 cumulé), un temps que les premiers concurrents avaient bien du mal à aller chercher. Maxence Muzaton enfourchait, mais cela ne déstabilisait pas trop Victor Muffat-Jeandet -lauréat en 2018- qui prenait la deuxième place provisoire en 50.39 (2:33.12).

Alexis Pinturault devait prendre des risques mais se montrait un peu trop sur la défensive dans la première partie du slalom. Le champion du monde du combiné se reprenait sur le bas, mais son temps sur ce slalom (49.44) cela ne suffisait pas et coinçait à seulement sept centièmes de Mayer (2:32.52). Vainqueur à Bormio il se contentait donc de la deuxième place, juste devant Muffat-Jeandet. De son côté, Mayer signait la 7e victoire de sa carrière.


Si la victoire n'était pas au rendez-vous, les Tricolores faisaient tout de même bonne figure avec ces deux places sur le podium. Il faut d'ailleurs remonter à 2012 pour trouver trace d'un podium sans le moindre Français, c'était à Kitzbuhel et Ivica Kostelic s'était imposé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Coupe du monde de ski alpin

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.