Mondiaux de Cortina : Lara Gut-Behrami championne du monde devant Mikaela Shiffrin, Tessa Worley termine 7e

Lara Gut-Behrami a créé la sensation en s'adjugeant le titre de championne du monde de géant jeudi à Cortina d'Ampezzo. La Suissesse a devancé l'Américaine Mikaela Shiffrin et l'Autrichienne Katharina Liensberger. La Française Tessa Worley, qui visait son troisième sacre mondial, a terminé 7e, retardée par une erreur en première manche.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
La Suissesse Lara Gut-Behrami lors du géant dames des Mondiaux de Cortina d'Ampezzo (ANDREAS SOLARO / AFP)

Pas de troisième sacre en géant pour Tessa Worley. La Française n'a pu faire mieux que la 7e place ce jeudi à Cortina d'Ampezzo. La skieuse du Grand Bornand avait fort à faire en deuxième manche pour reprendre 92 centièmes, mais n'est pas parvenue à imposer sa technique sur une piste en partie glacée. Le titre est revenu à Lara Gut-Behrami, de retour à son meilleur niveau et vainqueur de sa deuxième médaille d'or dans la station italienne après le Super-G jeudi dernier. Le podium est estampillé du label "revenantes" avec l'Américaine Mikaela Shiffrin en argent (+0"02) et l'Autrichienne Katharina Liensberger (+0"08) en bronze, son premier podium en slalom géant depuis 14 mois.

Pour Tessa Worley, le mal était déjà grandement fait dès la première manche. Worley n'avait fait qu'une erreur, mais une grosse, sur une porte en dévers qui lui avait coûté près d'une seconde. Sur son deuxième run, la skieuse de 31 ans n'a pas commis de faute importante, mais a manqué de sa traditionnelle justesse technique sur un tracé plus pointilleux que celui de la matinée. Elle échoue à une seconde et demi du podium, symbole de la densité de l'épreuve dans la station italienne. La deuxième Française Coralie Frasse Sombet a signé une très belle deuxième manche (7e temps, juste devant Worley) pour s'installer dans le Top 15 (14e), après avoir signé le 22e temps de la première manche.

Le podium en moins d'un dixième

Il fallait être au plus que parfait pour espérer grimper sur la boîte ce jeudi. De nombreuses cadors se sont brisées les dents sur cette pente rendue piégeuse par son revêtement particulier, entre neige durcie par le gel et flocons de printemps réchauffés par le soleil sur la deuxième partie de parcours. Ce n'est pas anodin si le podium est donc composé de trois championnes au talent évident, mais pas forcément des spécialistes de géant. Vainqueur des quatre premières courses de la discipline cette saison, Marta Bassino a terminé à une anonyme 13e place. La tenante du titre Petra Vlhova, fait à peine mieux, un rang plus haut dans la hiérarchie. Loin, très loin d'une Lara Gut-Behrami revigorée.

La Suissesse a confirmé son retour au tout premier plan après des mois de galère. Sérieusement blessée au genou en 2017, la vainqueur du classement général de la Coupe du monde 2016 a longtemps cru ne pas pouvoir retrouver son lustre d'antan, qui en faisait une des skieuses les plus complètes du crique blanc. Deux victoires en descente en guise de renaissance la saison passée, puis une domination presque sans partage sur le Super-G cette saison (quatre succès) plus tard et la Tessinoise remettait le nez à la fenêtre au moment opportun. Titrée à Cortina il y a une semaine sur le Super-G, Gut-Behrami a récidivé dans son style caractéristique : un toucher de neige soyeux et une précision impeccable sur ses trajectoires. 

Troisième de la première manche, elle a toutefois dû attendre le passage du duo américain Nina O'Brien et Mikaela Shiffrin avant d'exploser de joie. O'Brien a longtemps fait croire à un scénario invraisemblable – elle qui n'avait jamais fait mieux qu'une 13e place en géant en Coupe du monde – avant de flancher en toute fin de parcours. Shiffrin, elle, ne s'est pas loupée. Mais il lui a manqué un rien de vitesse sur le haut du tracé pour décrocher – enfin – son premier sacre mondial en géant. Elle se contentera pour deux petits centièmes, un souffle, d'un nouvel accessit, une deuxième médaille d'argent en plus d'une breloque de bronze sur l'exercice en Championnats du monde.

Avec le slalom, sa spécialité, samedi, il reste toutefois à l'Américaine une dernière occasion de signer un septième titre, et rejoindre ainsi des légendes de ce sport comme Marielle Goitschel ou Anja Pearson, à la deuxième place du classement des skieurs les plus titrés de l'histoire des Mondiaux. Pour Gut-Behrami, le bonheur est total avec un premier succès en slalom géant depuis le 22 octobre 2016 à Sölden, une éternité, et une troisième médaille sur ces Mondiaux en trois épreuves avec le bronze glané en descente. Le meilleur est peut-être encore à venir, puisqu'elle talonne Petra Vlhova au classement général de la Coupe du monde. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Championnats du monde de ski alpin

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.