Coupe du monde de biathlon : les Françaises intouchables lors du relais à Östersund

L'équipe de France a surclassé ses adversaires lors du relais féminin (4x6 kilomètres), dimanche.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La Française, Justine Braisaz-Bouchet, franchit la ligne avec le drapeau tricolore à la main, le dimanche 5 décembre 2021. (ALEXEY FILIPPOV / SPUTNIK)

Östersund est bleu, blanc, rouge. Dans le froid suédois (-13°), le relais féminin français s'est imposé au terme d'une course maîtrisée de bout en bout. La dernière victoire des Bleues en relais remontait au 19 janvier 2019.

Si ce sont les Russes qui ont mieux débuté ce 4x6 kilomètres, les Bleues ont connu plus de difficultés au démarrage. Malgré deux fautes au tir debout, Anaïs Bescond a signé un bon temps sur les skis pour passer son relais en 6e position. Par la suite, alors que les Suédoises et les Norvégiennes ont craqué au tir, Anaïs Chevalier-Bouchet a livré une prestation majuscule. Parfaite face aux cibles, l'Iséroise a porté les Bleues en tête, avec une petite avance sur la Biélorussie. Une avance parfaitement gérée par Julia Simon (9/10) et Justine Braisaz-Bouchet (9/10). 

Avec une minute d'avance avant de prendre son relais, Justine Braisaz-Bouchet n' pas tremblé au moment de conclure, et a confié au micro de nos confrères de la chaîne L'Equipe avoir eu "pas mal d'appréhension au début de la course" "Ça peut paraître facile à gérer, mais c'était chaud", a-t-elle commenté.

Au final, les Tricolores s'imposent devant la Biélorussie, deuxième à 0'57 secondes, et la Suède, troisième à 1'09''6 après avoir grillé la politesse à la Norvège sur le sprint final. Les Bleues n'ont pioché que quatre fois pendant ce relais. C'est un peu mieux que la Biélorussie (6 pioches), et beaucoup mieux que la Suède (2 tours de pénalité, 11 pioches) et la Norvège (1 tour de pénalité, 7 pioches), en grande difficulté au tir.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Biathlon

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.