Cet article date de plus de deux ans.

XV de France : Gaël Fickou, le dilemme de Jacques Brunel

Alors que Jacques Brunel doit dévoiler le XV de départ pour l’Argentine jeudi matin, l’inconnue concerne Gaël Fickou. Sera-t-il replacé à l’aile pour palier la blessure de Damian Penaud ou poussera-t-il Geoffrey Doumayrou sur le banc ?
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.

Ce fût l’une des surprises du premier XV de départ automnal concocté par Jacques Brunel, pour affronter l’Afrique du Sud. Le sélectionneur français avait décidé de ne pas débuter la rencontre avec Gaël Fickou au centre, privilégiant la continuité avec la 9e titularisation de Geoffrey Doumayrou, sur les 13 derniers matches, aux côtés de Mathieu Bastareaud (8e association des deux joueurs). Pourtant, le choix a fait parler, tant le centre Rochelais ne semblait pas en mesure de rivaliser avec le Parisien compte tenu de leurs débuts de saison respectifs.

Un profil différent de Doumayrou

Les performances de Fickou, arrivé au Stade Français cet été, s’inscrivent dans la continuité de celles établies sous le maillot du Stade Toulousain. Sous les ordres d’Heyneke Meyer, le joueur de 23 ans a disputé sept matches (sur neuf), pour autant de titularisations, et fait l’étal de ses capacités offensives : avec le club de la Capitale, celui qui est originaire de Toulon a déjà trouvé à six reprises l’en-but adverse. Hans-Peter Wild voulait en faire une pièce maîtresse pour redorer le blason rose : le propriétaire des Stadistes est servi. Avec son statut de co-meilleur marqueur du Top 14 (avec trois joueurs du Racing 92 : Juan Imhoff, Virimi Vakatawa et Simon Zebo), Brunel ne pouvait s’en passer.

Mais à l’instar d’Arthur Iturria qui a été relégué de deuxième à troisième ligne lors du dernier test-match contre l’Afrique du Sud, Jacques Brunel ne positionne pas Gaël Fickou à son poste de prédilection. Exit le centre. Décalage à l’aile en vue pour celui qui compte déjà 39 sélections avec les Bleus ? Possible, car depuis la prise de fonction du moustachu sélectionneur, il n’a joué que deux matches sur 7 au centre (remplaçant Doumayrou contre l’Italie lors du Tournoi et samedi contre les Boks), contre trois titularisations (et deux entrées en jeu) au poste d’ailier. Une polyvalence qui "peut être une arme mais aussi un handicap. Moi, mon poste c’est de jouer centre. Mais si on me dit de jouer à l’aile, je joue à l’aile", concède le principal intéressé.

Le facteur Huget

Toujours titulaire avec le numéro 13 dans le dos avec le Stade Français, il estime ne pas avoir "du tout le même profil (que Doumayrou, ndlr) : il a ses qualités, j’ai les miennes. Peut-être que le coach va utiliser plus Doum’ dans un registre et moi dans un autre." La frustration est tout de même palpable chez le joueur, installé comme titulaire au centre aux côtés de Rémi Lamérat par Guy Novès après la Coupe du monde 2015, puis délogé par ce dernier l’an dernier lors de la tournée automnale avec le rappel de Mathieu Bastareaud… et les débuts internationaux de Doumayrou : "Vu mon début de saison, j’espérais avoir mieux, forcément."

Mais avec le forfait de Damian Penaud, et la sortie en cours de match sur protocole commotion de son principal concurrent pour le poste, Fickou pourrait débuter le test-match contre l’Argentine samedi. Reste à déterminer son poste. Si l’option du centre ne semblait pas dans les petits papiers initiaux du sélectionneur, les dégâts provoqués par l'affrontement face aux Boks pourrait rebattre les cartes. Yoann Huget tiendrait la corde en bout de ligne pour remplacer le Clermontois. Un choix qui devrait profiter à Fickou, qui retrouverait ainsi son poste de prédilection avec les Bleus dès le coup d'envoi, pour la première fois depuis juin 2017.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers XV de France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.